Archives pour la catégorie Prestashop

Piratage de Prestashop 1.4

Se faire hacker est-il un signe de reconnaissance?

Mardi 23 Août tous les prestashoppers ont dû recevoir un mail de l’équipe Prestashop pour appliquer un patch afin d’éviter de se faire piller des données. AU moment de la lecture de ce email, je me rendis compte que Prestashop a atteint la maturité et une forme de reconnaissance, qui lui a valu de se faire hacker (par des mafieux?). En tout cas il ne faut pas se réjouir de cette mésaventure:

 

Car forcément le fait de se faire hacker sur Internet signifie qu’il y a des enjeux financiers, donc qu’on a atteint une taille critique qui nous rend crédible (y a qu’à voir avec WordPress….).

 

Mais c’est ennuyeux pour les webmasters

C’est que avec WordPress on a du contenu, mais qu’avec Prestashop ce sont des revenus quotidiens qui sont en jeux et suivant la taille de votre e-commerce, cela peut se chiffre en milliers d’euros, donc, beaucoup plus risqué. L’aspect sécurité est beaucoup plus critique sur Prestashop que sur WordPress à mon humble avis. Et je ne serais pas surpris de voir apparaitre des produits ou service tournant autour de la sécurité autour de la plateforme Prestashop.

Et vous pensez vous que Prestashop commence à craindre et qu’il faut passer vers Magento per exemple ? ou une solution hébergée?

Impossible de charger/uploader les images dans Prestashop 1.4.3

Des soucis pour charger vos images produits? Voici la solution

Pour ceux qui ont des soucis pour uploader des images quand vous avez mis à jour d’une version antérieure à la 1.4 ou 1.4.3, voici la solution qu’il faut appliquer. Techniquement parlant, la nouvelle version de Prestashop a une gestion des images qui est différente des version précédentes, et il y a une sombre histoire de paramétrage de votre installation PHP avec le  safe-mode activé ou non.

Bref, la manipulation est facile je cite ce post issu de la forge de Prestashop (c’est bien la forge hein? mieux que le rapporteur de bug sous Expression Engine).

  1. Télécharger le fichier zip sur cette page qui contient trois fichier php à uploader vers vos répertoire.
  2. Uploader imapge.php vers le répertoire classes
  3. Uploader les deux autres fichiers AdminImport.phpet AdminProducts.php vers le répertoire admin/tabs (attention votre répertoire admin a un nom qui est différent)
  4. Aller dans Préférence >> Produits dans votre back office et à la fin de la page cochez si ce n’est pas fait déjà la compatibilité avec l’ancien système d’image
  5. Aller dans Outils >> Generator et régénérez le fichier htaccess (faite une sauvegarder de tous les fichier à écraser y compris les .php avant de faire cette mise à jour)

Vous devriez pouvoir uploader normalement vos images. Notez que cette manipulation n’est que pour les mise à jour de Prestashop et non les primo installation. Ce problème sera corrigé dans une future version de Prestashop

 

Lien vers l’article de la forge traitant de ce sujet

 

Référencement Des Images Dans Prestashop

Je me suis récemment penché sur le référencement des images d’un site de e-commerce dont je m’occupe, je le fais régulièrement car le trafic par Google Image n’est pas à négliger pour les site de e-commerce pour les raisons suivantes :

  • vous vendez dans une niche où l’on ne sait pas vraiment comment s’appelle un article
  • la recherche visuelle s’applique bien au e-commerce
  • il y a plus de 10 résultats et la nouvelle version de Google dépasse les 25 images de l’ancienne version
  • l’on est plus tolérant avec des images qu’avec du texte en terme de recherche d’images, si vous regardez vos referers, les clics d’images peuvent avoir lieu à la dixième page ! tout dépend de la rareté de ce que l’on recherche
  • les référenceurs portent moins d’importance aux images (une bonne raison de vous lancer)
  • l’index de Google Image est plus facilement spammable
  • un bon référencement des images peut vous faire apparaitre dans les résultats de recherche universelle

et il y a sûrement d’autres raisons que je n’ai pas citées. Mais avant d’en venir sur le référencement des images de votre boutique Prestashop, nous allons passer en revue les facteurs positifs pour le référencement des images.

Les fondamentaux du référencement des images

Les facteurs positifs sont les suivant (je ne connais personnellement pas de facteurs négatifs:

  • remplir votre balise alt avec au maximum 3 mots
  • renseigner les dimensions réelles width et height
  • donner un nom à mots clé, le mot clé sur lequel vous voulez vous positionner
  • choisir entre ces formats d’images seulement : jpg, gif, png
  • optimisez le poids de vos images
  • proposer plusieurs tailles grande, moyenne (500 x 500 en moyenne quoique j’ai vu du 1000 x 600),les petites images ont disparu
  • entourer l’image de texte avant et après avec les mots clé qu’il faut
  • faites une image qui sort du lot
  • linker vers cette page

Le référencement d’images dans Prestashop

Avant la version 1.4 de Prestashop, le référencement des images dans Prestashop était…merdique. Vous avez beau donner des noms de fichiers explicites, il vous les renommait à sa sauce avec des noms génériques comme thumb, small etc. Du coup vous perdez le bénéfice du nom de fichier qui a on le verra par la suite un poids non négligeable.

Deuxième cause du mauvais référencement de vos image : dans le template de base de Prestashop ( et donc dans tous les dérivés), c’est l’attribut title (qui ne sert à rien dans le référencement des images) qui est renseigné et l’attribut alt est inexistant, heureusement j’explique comment éliminer ce défaut en retouchant une ligne du template.

 

Récemment donc, j’ai eu la désagréable surprise de constater que mes images étaient moins bien référencée qu’un concurrent qui tourne aussi sur Prestashop. Quasiment toute la première page était monopolisée par ses images. Après une étude rapide, je me suis aperçu que toutes ses images, avaient un nom de fichier explicite et long (en fait c’était le titre de la page et donc du produit). Au début je pensais qu’une bidouille dans le template pouvait résoudre le problème, mais heureusement c’était plus simple que je ne pensais, et la bonne nouvelle est que Prestashop 1.4 faisait de la réécriture de nom de fichier pour les images ! Bravo les gars ! J’ai donc rapidement upgradé vers la dernière version ( 1.4.3 pour ce site), et graduellement mes images reviennent dans le haut de l’index.

C’est bien de référencer les images mais surtout pensez à faire des images de qualité ! Prenez exemple sur ce site de vente de canapés en tissus qui semble être sa niche.

Upgradez vers Prestashop 1.4 !

Je vous recommande d’upgrader vers cette version qui présente de nombreuses innovation pas seulement dans le domaine du SEO. Possibilité d’exporter vers Ebay votre catalogue, one page checkout et guest checkout entre autre. Pour la mise à jour, je vous rappelle cet article sur la mise à jour vers Prestashop 1.4 à partir de la version 1.3.

Traduire Prestashop multilangue et ciblez plus de clients

Selon une agence de traduction, le fait  de traduire votre site e-commerce en plusieurs langues augmente votre base clientèle. Si votre site de e-commerce est en anglais, vous allez atteindre 400 millions d’acheteurs potentiels. Si en plus vous traduisez en espagnol et en chinois, vous visez en fait la moitié des acheteurs du monde. Et si vous visez encore plus de langues, une dizaine de langues suffise pour atteindre 80 % des acheteurs du monde. Ces 10 langues seraient : allemand, anglais, arabe, chinois, coréens, espagnol, français, japonais, portugais, et le russe.

Si vous désirez toucher tous les acheteurs du monde entier, il faudrait traduire votre site e-commerce en 37 langues.

Il existe un module pour traduire automatiquement vos fiches produits pour Prestashop avec Google Translate

Bon maintenant revenons sur Terre. Vous ne deviendrez pas le nouveau Jeff Bezos, mais l’ecommerce a l’avantage de pouvoir toucher les pays limitrophes de la France. Ne laissez pas passer une occasion de vendre à un client étranger : il est rare qu’un client étranger retourne un produit vu les frais de port.

Ce qu’il faut savoir, plus  vous avez de langues à gérer, plus votre travail de référencement est grand. Et vous ne connaissez pas l’écosystème d’annuaires ou de blog d’un autre pays. Ce n’est pas une raison pour baisser les bras, si votre site est suffisamment âgé, il a des chances de ressortir pour des requêtes peu concurrentielles.

En fait, le référencement international est constitué de plusieurs référencements nationaux. Sachant qu’il est déjà suffisamment difficile de backlinker son site en France, je ne vous dis pas le travail vous allez avoir à faire si vous décidez de vous positionner en Angleterre ou en Allemagne ou en Espagne. La seule chose qui peut vous motiver de travailler sur le long terme, c’est le gain potentiel que vous allez avoir en vendant dans plusieurs pays du monde.

Paramétrer Prestashop pour plusieurs langues

Il existe un plug-in de Prestashop qui vous permet de traduire dans plusieurs langues votre site e-commerce.

Je vous renvoie à ce tutoriel pour paramétrer Prestashop 1.1 attentions il faudra toucher au code de programmation, ce qui n’est pas une très bonne chose en fait. Je trouve que Prestashop n’est pas intransigeant sur le fait qu’il ne faut pas toucher au code. Mais c’est une solution de facilité toucher au code, et dangereux car à chaque fois que vous upgradez Prestashop, il faudra réécrire le code (quand il n’y a pas de problèmes d’incompatibilité)

 

Heureusement à partir de la version 1.2.5 donc aussi 1.4 vous n’avez plus besoin de toutes ces acrobaties pour avoir une boutique multilingue. Pour commencer à ajouter une langue, téléchargez la traduction du site Prestashop et installez la (version 1.3.5 et moins, pour la 1.4 c’est très simple voir ci-dessous) :

Onglet préférence

Cliquez sur l’onglet Outils

prestashop 1.4

Sélectionnez la langue à importer et cliquez sur Ajouter le Langage

 

Voilà vous avez installé une nouvelle langue pour le BO et FO. c’est très simple depuis la version 1.4.

 

Ensuite il faut traduire les fiches produit et catégories et autres pages cms.

 

Vérifiez que Google comprenne bien qu’il y a plusieurs langues

La première version de Prestashop avant la version 1.2.5 se basait sur les cookie pour switcher entre les langues. les problème c’est que Google est incapable de switcher entre les langues en se basant sur les cookie. Pour lui dès qu’il suivait un lien quelque soit la langue, c’était du français (pour les sites dont la langue maitresse était en français). Si vous utilisez la version 1.1 de Prestashop (j’espère que vous n’êtes pas dans ce cas, si oui je vous invite à suivre la procédure de mise à jour vers une version supérieure de Prestashop. Dans les Google Webmaster tools, vous pouvez soumettre une URL au spider pour la crawler, le tool vou restitue en texte ce qu’il a compris de votre site (du texte évidemment), mais il faut regarder la langue du code qui est retourné, normalement vousaurez toujours en français.

Heureusement maintenant vous pouvez avec Prestashop à partir de la version 1.2.5, indexer vos pages en langues étrangères, car les langues ne sont plus gérées avec un cookie ! Du coup vous aurez des urls précédées par lang-es pour une url espagnole par exemple.

 

Soumettez une url espagnole dans le spider, attendez un peu et vous aurez le code de la page telle que vue par le spider de Google.

Google Webmaster Tools « Fetch As Googlebot »

googlebot-success

Google Bot résultat du fetch

Vous demandez à Googlebot de télécharger l’url de la version espagnole, en regardant le code source tel que téléchargé par Google, vous voyez que l’url contient lang-es, c’est tout bon !

Comment vérifier que vos urls en langue espagnoles soient bien indexées?

Mais ce n’est pas tout, maintenant il vous faudra vous assurer que les différentes langues sont indexées !

Pour ce faire tapez simplement dans la bos de Google site:www.domain.com inurl:lang-es

Si c’est OK passer à la phase suivante, connaitre le ranking comme si vous y étiez !

D’abord il faut savoir chercher dans le Google d’un autre pays, pas évident car Google se base sur l’ip de la requête pour vous délivrer les résultats les plus pertinents. Cette page nous apprend comment chercher sur Google comme si vous étiez dans un autre pays. En fait il faut passer en paramètre de l’url le paramètre gl=es, (hl=es ne suffit pas).

Il y a des chances que votre site soit mal placé, c’est normal, il faut maintenant faire un travail de référencement naturel. Soumettez votre site dans les annuaires locaux, laissez des commentaires dans les sites de la langue du pays bref du linking basique.

Quand enfin vous avez une commande d’un pays étranger

Ne le lâchez pas, si le client a un blog demander lui de faire un lien vers votre site. Il faut utiliser la même approche de référencement que dans votre langue (càd le français), moteur de comparaison locaux, blog locaux, annuaires locaux etc.

Veillez à bien traduire vos condition générales de ventes, proposer des moyens de paiement les plus en vogue du pays (il parait que les Allemands aiment le transfert bancaire), faites des recherches de mots clé dans la langue, vous aurez beaucoup de travail, mais vous vous ouvrez à d’autre horizons tout en diminuant le risque de retour produit (enfin je le pense).

Mais comment traduire pour pas cher mes fiches produits?

Avec Google Translate, c’est rapide et efficace. Mais si j’ai 600 fiches produits??? Pas de problème, j’ai développé un module pour traduire automatiquement toutes vos fiches Prestashop en tenant compte de la réécriture d’urls.

Guide Optimisation SEO De Prestashop

Référencement général Prestashop 1.3.xx

Pour suivre ce tuto, il faut ouvrir le thème par défaut de Prestashop dans /theme/prestashop, ou si vous avez un thème cutomisé, essayez de retrouver les balises signalées.

Les titres et sous titres de toutes les pages

Par défaut, Prestashop met le H1 sur le logo sur toutes les pages. Pour les pages produits le sous-titre H2 sur le nom du produit, ce qui n’est pas optimal, il faut changer l’architecture de votre page, ainsi il faut ouvrir le fichier header.tpl qui contient le haut de votre page web, et remplacer le h1 logo par div id=logo.

Pour la fiche produit :

Une fois ceci fait ouvrez le fichier product.tpl qui contient toute la fiche produit, changez le h2 qui se trouve juste après le primary-block en h1 ! Les fichiers .tpl se trouvent dans le répertoire /themes/nom_du_theme

Dans le fichier css changez le h1#logo en #logo (ligne 191 environ)  et le h2 en h1 (ligne 162 environ).Maintenant vous avez une structure beaucoup plus optimisée pour votre boutique. Source : Homo economicus.

Pour la page Catégorie:

Ouvrez category.tpl et à la ligne 7 environ, transformez le h2 class= »category_title » en h1.

Que faire des pages catégorie? Personnellement ce sont mes pages importantes que je référence, je ne référence pas les fiches produits.

Optimisation des images:

Optimisation de l’attribut « alt » des images dans la fiche produit : le thème par défaut de Prestashop n’implémente pas bien l’attribut alt. Il reprend le nom du produit, si vous voulez qu’il reprenne le titre de la page, il faudra éditer le fichier template product.tpl. Cherchez la balise

div id="image-block", rajoutez width="300" height="300"

après {if $have_image}, indiquer les tailles augmente la probabilité d’indexation de l’image, et surtout mettez le même contenu de l’attribut alt que le title.

Page accueil

Maintenant que vous avez modifié le h1 pour la  page produit, vous pouvez mains ce n’est pas une obligation changer le h2 de la page d’accueil en h1 en éditant dans le dossier modules le répertoire editorial, le fichier editorial.tpl, cherchez le h2 et transformez le en h1, mais le problème est qu’il n’y a pas de h2 maintenant, on passe de h1 à h4 et h5 ! Or pas de preuve que ce soit plus efficace donc vu que la hiérarchie n’est pas modifiée entre les sous-titres. Mais c’est à tester.

Architecture du site

Vos produits sont organisés en catégories ou sous-catégorie, par défaut Prestashop ne montre que les dix premiers articles d’une catégorie. Si vous avez 50 produits, l’internaute sera amené à cliquer sur les pages suivantes ou afficher un nombre de produits plus grands. C’est ce qu’on appelle la pagination. Le problème avec les paginations, c’est en outre des ancres de liens nom optimisés (1,2,3…), mais aussi une certaine difficulté pour le moteur de recherche de crawler vos pages.

Une façon de contourner ce problème est de ne pas mettre trop d’articles par catégorie, et donc de créer des catégories supplémentaires pour éviter d’avoir la pagination. Une autre est d’augmenter le nombre d’articles présentés (nous n’en parlerons pas ici). Ainsi dès que vos produits deviennent nombreux n’hésitez pas à créer une catégorie ou des sous-catégories pour rendre la navigation plus simple pour l’humain et le crawl plus facile pour les spiders.

Les sitemaps

Le sitemap

Un sitemap est un fichier texte au format xml qui stocke en dur les url des pages de votre site web. Il est destiné à décrire au moteur de recherche les pages que possède votre site et à l’aider à les indexer (du moins crawler). Parfois il arrive que certaines urls de votre site ne soient pas facilement accessible pour x raison et il est bon de donner aux moteurs de recherche les indications. Notez que la fourniture d’un sitemap d’url ne garanti pas que les moteurs de recherche vont les crawler voire indexer, ce dernier est seul maitre de ce qu’il veut faire.

On conseille d’abords aux site de bien travailler leur architecture de site afin de faciliter au maximum le crawl des pages, et non de tout de suite lui donner un fichier sitemap. Ce n’est qu’après avoir fait le maximum pour rendre accessible un moteur de recherche que l’on met un fichier sitemap.

Le sitemap image

Google vous permet de faire un sitemap d’images, pour un site d’e-commerce c’est utile car on fait souvent des recherches de produits avec Google Image. J’avais pensé faire un script pour construire un sitemap image mais je n’ai pas encore trouvé le temps de le faire.

Le sitemap video

Google vous permet de faire un sitemap de videos, fonctionne sur le même principe que les sitemaps image. Si vous avez des vidéos dans votre boutique c’est le moment de tester ce type de sitemap.

Fichier robots.txt

Rien à signaler sinon vérifiez qu’il ne bloque pas un répertoire important on ne sait jamais.

La réécriture d’urls, le fichier .htaccess (Apache)

Comme les données sur les produits et les catégories sont stockées sous forme de base de données, pour accéder à une produit donné, il faut indiquer la référence du produit qui est codés sous forme de chiffre ou alphanumériques et illisible par un être humain. La technique de réécriture d’url permet de rendre une référence à un produit par une phrase en claire pour l’homme. Les mots clés dans l’url ont un très faible poids sur le référencement. Mais vous serez content quand vous vous plongez dans les logs de Google Analytics.

A/Rediriger http://boutique.com vers http://www.boutique.com

#force www
RewriteCond %{HTTP_HOST} ^boutique.com$
RewriteRule ^(.*)$ http://www.boutique.com/$1 [R=301,L]

B/Rediriger http://www.boutique.com/index.php vers http://www.boutique.com

#force index.php to /
RewriteCond %{THE_REQUEST} ^[A-Z]{3,9} /index.php HTTP/
RewriteRule ^index.php$ http://www.boutique.com/ [R=301,L]

C/Rediriger http://www.boutique.com/lang-fr/produits vers http://www.boutique.com/produits (ne marche pas pour les catégories, seulement les produits hélas)

#redirection lang-fr vers /
RewriteRule ^lang-fr/(.*)$  /$1

N’oubliez pas de remplir les champs seo de votre fiche produit et catégorie.

Prestashop par défaut convertit votre nom de produit ou de catégorie dans l’url. Mais le titre de la page n’est pas rempli par défaut, et reprend le nom du produit. Si vous voulez un titre personnalisé, il vous faudra remplir les champs (pas vraiment visibles) de la fiche produit. Donc remplissez le titre, la meta description et accessoirement la meta keyword.

Optimisation éditoriale

Optimisez quand même votre meta description

Bien que la description ne soit pas prise en compte pour le positionnement de votre page web, elle est quasiment toujours reprise dans les résultats de recherche des moteurs de recherche, et souvent on les lit ! Alors autant les optimiser en écrivant un argumentaire accrocheur.

Solution 1 : Mettre les caractéristiques principales : Iphone 4, 16 Go 499€, Coque Noire, Ecran Retina haute résolution…

Solution 2 : Rassurer le client quant aux modalité de livraison : Iphone 4 16 Go 499 €, livré en 48h recommandé…

Solution 3 : Vous vous la pétez : Le plus large choix de coque Iphone sur le web francophone,…

Les comparateurs de prix :

Vous pouvez vous référencer gratuitement dans quelques comparateurs de prix. Vous pouvez commencer par Leguide.com, ce sera ensuite repris par Twenga qui est un très bon comparateur de prix qui ramène du trafic qualifié.

Shopmania est moins intéressant que Leguide ou Twenga, je n’ai que très peu de trafic venant de Shopmania.

Pour vous référencer sur Leguide, téléchargez le plugin Leguide.com. Le plugin pour Shopmania ne me semble plus gratuit mais je donne le lien quand même, personnellement Shopmania ne ma quasiment jamais rien rapporté au contraire de Leguide.com en référents.

Google Shopping :

Comment peut on s’en passer vous me direz, mais il n’est pas si facile de référencer ses produits, activez le module inclus de base dans Prestashop,

Optimisation de la vitesse de chargement

Il y a 4 choses à faire en théorie pour accélérer le site :

1/Aller dans configs/smarty.config.inc.php, vers la ligne 10 mettre $smarty->force_compile à false, cette valeur sert en développement mais pas en production, où l’on n’a pas besoin de recompiler les templates à chque chargement de la page,
gain de temps sur mon kimsufi : 1.4 secondes

2/Augmenter la taille du cache mysql à 256 MB, en pratique on gagne que dalle (40 ms)

3/Utiliser des sous-domaines pour les éléments statiques pour paralléliser les téléchargement, personnellement, c’est une manoeuvre assez délicate à faire marcher, mais la version 1.4 de Prestashop intègre dans son back office les potards pour le faire.

4/Utiliser un cache d’opcode pour cacher les opérations php.

Je conseille de ne faire que la manip 1/ qui est largement suffisante. Optimisez vos images produit lorsque vous les uploadez. pas plus de 50Ko.

Je rajouterai que pour aller encore mieux, il faut utiliser un serveur dédié (perso j’utilise un Kimsufi de base, vous verrez rien à voir avec un mutualisé). Ainsi vous pourrez obtenir un temps de chargement de 3 secondes pour votre boutique. Ceci est important quand on sait que le temps de chargement a une incidence sur le taux de conversion.

Autres optimisations :

Désactivez le module Tags, outre le fait que cela puisse générer du duplicate content, il constitue autant de trous de fuite de pagerank.

Pour les boutiques multilingues, la version 1.4 gère bien les langues (sans doute depuis la 1.2.5 également), seulement pour la langue principale du site

(par exemple le français), il existe deux chemins qui permettent d’accéder à un produit. http://www.boutique.com/produit ou http://www.boutique.com/lang-fr/produit, voir le hack ci-dessus pour rediriger les fiche produits mais pas le reste (si quelqu’un y arrive je prends !)

Que faire avec les thèmes custom dans le cas où ils sont perfectible?

Il faut retrouver les mêmes lignes et procéder aux modifications. Ou contactez le vendeur.

Bon à savoir :

le système de template Smarty cache le rendu des pages dans le répertoire /tools/smarty/compile, si vous faites une modification et que vous ne voyez pas le résultat immédiatement c’est que vous voyez le cache, une solution (assez radicale) est d’effacer les fichiers compilés (attention à ne pas effacer le fichier index.php avec !), et normalement vos modifications sont visibles. Sinon allez dans le répertoire config, ouvrez le fichier smarty.config.inc.php et à la ligne10 mettez à true le force_compile n’oubliez pas de remettre à false quand vous aurez fini les modifs :

$smarty->force_compile	= true;

Update : téléchargez les fichiers suivant pour vous aider à configurer votre htaccess, le 1.3.5 est exploitable, le 1.4 n’est pas optimisé (je verrai si j’ai le temps…) . Cliquer sur les liens pour télécharger.

Prestashop 1.4 Guide de Mise à Jour

Vidéo montrant comment mettre à jour ver la version 1.4 de Prestashop

 

Voici une petite vidéo de démonstration sur la migration d’une ancienne installation pré 1.4 vers l’excellente Prestashop 1.4.

J’aborde les étapes délicates de configuration du fichier settings.inc.php et de la recopie des anciens modules vers la nouvelle installation.

Finalement rien de difficile dans la migration si ce n’est qu’il faut avant tout faire une sauvegarde de la base de données et des fichiers de l’ancienne installation de Prestashop. Normalement votre nouvelle installation ne doit pas ralentir vu que l’on fait une bête copie et remplace de l’installation précédente.

Migration de vos thèmes :

Recopier intégralement le dossier de votre thème personnalisé sous le répertoire themes.

Si vous avez un thème de la version de Prestashop 1.1, il vous faudra cocher une case pour assurer la compatibilité avec les thèmes 1.1, sinon ça ne va pas s’afficher correctement. Pour ce faire allez dans l’onglet Préférence, tout en bas cocher le bouton radio « Compatibilité avec les thèmes v1.1 » .

Il vous faudra refaire vos vieux thèmes malheureusement…même les thèmes 1.3 doivent être mis à jour pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de la 1.4 !

 

Je vous rappelle les étapes telles que décrites sur le site de Prestashop:

1. Pour sauvegarder vos traductions, dans votre Panneau d’administration >> Outils >> Traductions,
exportez chacune des langues à l’aide de l’outil d’export intégré.
2. Depuis votre interface d’administration de base de données, sauvegardez votre base de données SQL.
3. Via FTP, dans le dossier prestashop de votre espace web (ex: http://www.mysite.com/prestashop/),
créez une sauvegarde de votre dossier courant prestashop en le renommant (ex : http://www.mysite.com/prestashop_old/).
4. Télécharger la dernière version de la solution e-commerce PrestaShop.
5. Dézipper la nouvelle archive ZIP n’importe où sur votre disque dur.
6. Via FTP, placez dans un nouveau dossier prestashop les nouveaux fichiers prestashop situés dans
le dossier prestashop dézippé (et non pas le dossier lui-même) (ex : http://www.mysite.com/prestashop/).
7. Si vous avez précédemment modifié le contenu du dossier /mails, copier le contenu de votre copie
de sauvegarde de /mails dans le dossier /mails nouvellement créé.
8. Copiez le contenu de votre copie de sauvegarde du dossier /img dans le dossier /img nouvellement créé.
9. Si vous avez ajouté des modules supplémentaires à la version par défaut de PrestaShop,
copiez les modules ajoutés de votre copie de sauvegarde de /modules dans le nouveau dossier /module.
10. Si vous avez modifié le fichier .htaccess, fusionnez le contenu de l’ancien et du nouveau fichier .htaccess,
en supprimant toute duplication d’information. Ne remplacez pas un fichier par un autre.
11. Si le cas s’y prête, copiez le sous-dossier de vos thèmes personnalisés (ex : /themes/mythemes)
du dossier de sauvegarde /themes dans le dossier parent /themes nouvellement construit.
12. Copiez le fichier settings.inc.php à partir du dossier de sauvegarde /config dans le nouveau dossier /config.
13. Dans un navigateur web, lancez l’installeur en ajoutant /install à l’URL de votre boutique
(ex : http://www.mysite.com/prestashop/install).

A bientôt pour d’autres billets sur les nouvelles fonctionnalités de Prestashop 1.4 (65  nouvelles fonctions aux dires de certains !).

Update : Prestashop a mis en ligne un outil pour tester la compatibilité des thèmes anciens avec la version 1.4 :

Prestashop e-commerce, il est temps de s’y intéresser

Les débuts de l’e-commerce open-source

Il y a un peu plus de  trois ans, comme solution de e-commerce open source, OsCommerce dominait le web, car il existait depuis l’an 2000. Son problème, c’était le package initial qui ne comprenait pas grand chose, et les multiples plugins étaient tenus par des contributeurs amateurs, mais il n’était pas rare de trouver de multiples mises à jour pour de multiples bugs. Bref il n’y avait pas de centre de contrôle pour veiller à la qualité des contributions, si bien que chaque boutique OsCommerce digne du nom était customisée par les agences ou en interne. Pour les autres boutiques soit il fallait passer par la case customisation soit rester avec une boutique minimaliste. Bref OsCommerce vieillissait, et son développement technique était stagnant.

Puis j’ai connu VirtueMart, j’ai eu l’occasion de l’essayer sous Joomla, sans être convaincu, l’idée que ce fut un plugin ne me bottait pas loin de là.

C’est alors que je fit la connaissance de Magento vers mi 2008, ce fut un réel changement par rapport à OsCommerce et Virtuemart, et je me sentais moins seul car il y avait une vraie communauté mais surtout un éditeur qui portait à bout de bras la solution open source. Le logiciel avait de quoi séduire, framework Zend (une référence professionnelle), un développement professionnel, etc, et j’ai fait quelques tests avec une boutique factice. Mais quelques chose me disait que la bête était trop complexe pour quelqu’un qui voulait juste mettre en vente quelques centaines de références. Néanmoins je participai au premier Bargento à Paris et j’ai pu parler à Roy Rubin, et lui demandai s’il comptait sortir une version « lite », connaissant la pertinence de ma question, Roy me dit que ce n’était pas dans leur feuille de route pour l’instant. Mais aujourd’hui c’est normalement dans les cartons. Mais à ce jour je n’ai pas d’autres nouvelles, qu’importe. En même temps, j’ai fait par hasard la connaissance (en cherchant activement quand même sur Google) d’un logiciel qui répondrait peut être à un besoin de e-marchand de petite taille, voulant posséder sur son hébergement, plus sophistiqué que les solutions hébergées (comme 42 Store), qui était facile à utiliser et vous appartenait en totalité, pour qui veut bien mettre les mains dans le cambouis, sans être laissé sur le carreau comme sur OsCommerce, que demande le peuple?

Il se trouve que la solution qui s’appelle Prestashop répondait parfaitement à ce besoin mais aussi bien plus, puisque comme nous allons le voir Prestashop popssède quelques qualités intrinsèques (mais aussi quelques défauts) qui en fait un logiciel puissant.

Comble du comble Prestashop est français !

Principale solution e-commerce open source française, Prestashop est née d’un projet de fin d’études de l’école d’informatique Epitech en 2005. Une société est fondée en mai 2007 avec notamment Igor Schlumberger l’ancien PDG de LeGuide.com. Le lancement officiel a lieu en août 2007.

Bruno Lévêque en est le pilote opérationnel. J’ai l’impression que l’équipe est bien rationalisée, actuellement elle s’agrandit pour répondre à son besoin de développement en France et à l’international : recrutement de bénévoles pour modérer le forum de Prestashop, ils recherchent aussi des programmeurs.

Pourquoi Prestashop me séduit

Prestashop s’installe sur un mutualisé, mais ce n’est pas le principal atout, et d’ailleurs pour un utilisateurs plus averti, un dédié comme un Kimsufi de base est encore mieux. Voici ce qui m’a conduit à à choisir ce logiciel et à le proposer à des futurs e-commerçants désireux de maitriser un peu plus leur destin sur la toile:

  1. n’est pas gourmand en ressources relativement à Magento
  2. simple à installer pour peu qu’on sache entrer les données de connexion de la base de donnée bref comme WordPress
  3. bonne interface de gestion pour un débutant quoiqu’il faille lutter un peu au début
  4. intégration de module de paiement (comme Paypal) facile, cet aspect est pour moi le plus important
  5. facilité de customiser avec le système de modules (d’ailleurs Prestashop en fait un moyen de gagner de l’argent)
  6. vous retrouvez beaucoup de fonctionnalités de boutique e-commerce en natif : coupon,  point de fidélité, cross-selling, commentaires des produits par les clients.

Mais ce n’est pas tout, à l’usage j’ai trouvé que le process d’achat est un des plus court donc très efficace (moins de 5 étapes pour un premier achat et 3 étapes pour les futurs achat en mode connecté), il sera encore amélioré avec la possibilité de payer sans créer de compte.

En une journée ou deux vous pouvez vous familiariser avec les fonctions essentielles de Prestashop et vous aurez une boutique opérationnelle, mais pas optimisée, car le thème de base est gris, en fait c’est un point de départ pour créer un thème beaucoup plus en accord avec ce que vous vendez.

Depuis 2008 Prestashop a fait son chemin, en passant de la version 1 à 1.3 et 1.4 pour bientôt, beaucoup de bugs et fonctionnalités plus tard, le logiciel est prêt pour devenir une plateforme mature.

La progression de Prestashop dans quelques pays

Quoi de plus parlant que de voir les statistiques de recherche sur Prestashop avec Google Trend?

Comparatif des volumes de recherche des termes pour 2010 Monde

Voyons comment se comportent ces différentes solution e-commerce en Europe (j’ai aussi inclus la Turquie)

Comparaison volume recherche Europe 2010

Il y a des pays ou Prestashop n’est même pas présent (selon Google)  et je n’ai pas porté de graphique.

Il n’est pas étonnant que Prestashop ait une section espagnole naissante car certains pays d’Amérique du Sud et l’Espagne sont plutôt favorables à Prestashop.

Maintenant la Grande Question

Le succès de Prestashop actuel est certains, mais vous l’avez bien vu dans le graphique ci-dessus, Magento le devance quasiment partout. Les raisons sont traditionnelles : monde anglophone dominant, solution américaine et donc partant du bon pied en terme de notoriété et de moyens. Cependant ce sont deux start-up qui ont toutes les chances de devenir mainstream.

Mais revenons au sous-titre « et la grande Question? » Pour moi elle est : « Prestashop va-t-elle s’imposer? ou se retrancher sur un bastion francophone? » dans x années?

Mais avant d’aller plus loin, laissez moi vous raconter la petite histoire de Dotclear et de WordPress. Je parie que certains d’entre vous ne connaissent même pas Dotclear. En 2007 ou 2006, lorsque j’ai commencé à m’intéresser au blogging, j’ai du faire un choix entre les deux logiciels. Dotclear ou WordPress? Pour vous faire court, j’ai hésité car les deux sont bons techniquement voire même en faveur de Dotclear. Maintenant voyons en 2010 où nous en sommes:

2005:

Volume recherche sur Google CMS 2005

2010:

Volume recherche sur Google CMS 2010

Dotclear aujourd’hui en France est bien en deçà de WordPress. Que s’est-il passé? Dotclear est techniquement bon, pourquoi nous stupides geeks n’avons aujourd’hui quasiment que WordPress??

Personnellement j’ai switché sur WordPress quand j’en avait eu marre de chercher un plugin dispo sur WordPress et pas sur Dotclear.

Et le problème est là : Dotclear n’a pas su profiter de son impulsion de départ et capitaliser sur sa notoriété. Il est français tout comme Prestashop, mais n’a pas réussi à s’imposer hors des frontières françaises, mais pourquoi je leur faits ce grief puisque de toute façon ce n’était pas à l’ordre du jour chez eux? Dommage.

Que doit faire Prestashop pour ne pas subir le même destin que Dotclear?

Sachez tout d’abord que Prestashop est là pour gagner de l’argent, donc au contraire de Dotclear qui est mû par une communautés de techniciens passionnés, ici le but est de gagner de l’argent. Je pense qu’ils vont tout faire pour gagner des parts de marché à l’étranger. Comment cela va-t-il se faire?

-animer une communauté mondiale : très important car c’est la communauté (webmaster, web agency, particuliers) qui va faire connaitre la solution. Et faire un effort plus poussé vers l’anglais, c’est un reproche que j’ai pu voir sur la Toile.

-parcourir le monde pour promouvoir la solution, j’espère qu’ils ont de grandes ambitions, car Roy Rubin le fondateur de Magento  parcours sans arrêt le monde (via les Bargento en France par exemple) pour faire connaître (on dit « évangéliser » pour faire in) son logiciel. Je n’ai pas connaissance de Prestashop faisant la même chose.

-continuer à améliorer le logiciel en ajoutant des fonctions tout en étant à l’écoute de la communauté et des besoins donc, et ne pas connaitre la même sort qu’OsCommerce. Ils mettent le turbo pour sortir la 1.4 qui est plutôt killer.

-être focus sur la rentabilité mais là je n’ai rien à leur apprendre. Ne vous offusquez pas si par moment Prestashop met en avant la place de marché des add ons, ils ont de besoins de rentrée d’argent pour vivre, quant aux freetards, si vous confondez dépense et investissement, vous n’êtes pas faits pour le e-commerce.

-éviter les écueils techniques qui empêchent la propagation de la solution, WordPress semblait être rustique et Dotclear mettait en avant son côté cutting edge technologique, WordPress était fait pour pouvoir s’installer chez quasiment tous les hébergeurs, Dotclear demandait quelques acrobaties par moment. Des fois il faut laisser le côté technique et mettre le focus sur l’utilisateur final. Donc j’espère que Prestashop va gagner encore en simplicité, et proposer par défaut plein de choses optionnelles par le passé, il marque un point par rapport à Magento (comme dit plut haut, ces deux solutions ne sont pas vraiment comparables, car Magento est orienté vers les grosses boutiques (forte marge et faible pénétration théoriquement) et Prestashop le peuple (faible marge et forte pénétration théoriquement)). Les e-commerçants ne sont pas des geeks, et ils ne doivent pas passer trop de temps en gestion, bref si Prestashop est aussi facile à utiliser que WordPress Bingo ! (et après trouver les finances pour s’étendre à l’international).

Ma wishlist actuelle pour Prestashop

  1. Proposer le multiboutique (actuellement l’avantage de Magento)
  2. Proposer de meilleures réécritures d’urls
  3. Proposer un meilleur générateur de sitemap
  4. Meilleure gestion de livraison (actuellement c’est un peu la lutte)
  5. Meilleure gestion des coupons (le potentiel d’amélioration est quasi infini : coupon x si client rempli tel critère par exemple)
  6. import CSV (je me suis cassé les dents sur ce truc)

Je ne connais pas à fond le logiciel, mais je pense que de manière générale, si le logiciel nous mâche le travail c’est bon signe.

Et vous pensez vous que Prestashop a des chances de se faire une place au soleil?

E-commerce et chute de neige comme cadeau de fin d’année

Si vous êtes e-commerçant, vous avez sans doute eu plusieurs emails de relance de la part de vos clients :)

En général en période de Noël sachez que les délais de livraison sont allongés, et qu’en général aussi c’est une mauvaise idée (très mauvaise) de commander sur la Toile au dernier moment, préférez aller acheter en magasin.

Cette année c’est pire en raison des intempéries comme vous le savez, rassurez vous la planète se réchauffe sauf en France. On a eu des délais jusqu’à deux semaines, et des primo clients qui s’inquiètent d’une éventuelle arnaque. Heureusement que la presse s’est fait l’écho des retards de livraison de la Poste (quoi ? mais il y a d’autres prestataires que la Poste !), et ilsuffit d’envoyer une réponse avec un lien vers l’article du Monde, ou de 01net ! pour calmer les esprits et implorer la clémence.

Je vous conseille aussi de n’activer que les modes d’envoi avec suivi (comme lettre max ou colissimo) en attendant que l’orage passe.

Note : Pour l’instant c’est la Poste qui est utilisée du fait des volumes des paquets et des formats des produits.