Archives pour la catégorie webmarketing

Contre qui se bat-on en fait?

Bonjour tout le monde,cela faisait longtemps que je n’avais pas posté, mais j’ai juste dix minutes pour poster ma réflexion :
En référencement contre qui se bat-on aujourd’hui?

Quand t’as beau faire du linking et que ton site sors toujours pas dans les 3 premiers? la faute à GG qui te pénalise avec Panda et Pingouin?
T’as regardé du côté de la concurrence tout simplement? oui du côté des humains pas des bots.

Aujourd’hui on est en 2013, le seo pre-moderne est né aux alentours de l’an 2000 avec le début de la suprématie de Google, donc on va dire 10 ans que des webmasters de tout poils se mettent à fair des sites et veulent ranker comme Wikipedia sur la putain de requête au CPC de 10 €/clic afin de se nicher dessus avec Adsense histoire de faire du revenue share, dans l’idéal 50/50 et te la couler douce avec tes passive income streams.

Les webmasters concurrents, ils sont de plus en plus nombreux, et donc de plus en plus nombreux à vouloir taquiner Google, profiter de la forte audience de ce dernier pour se faire des sous sous.

Le vrai problème c’est que l’on est de plus en plus à vouloir se partager un gâteau aux dimensions finies, y a qu’a voir le futur que l’on (je) nous prédit pour le e-commerce.

 

On est en plein époque de confusion, beaucoup de choses vont changer sur le web, Free fait chanter Google en bloquant ses pub et en ralentissant Youtube, avec comme victime collatérales nous, j’ai des signaux contradictoires sur le  web mobile le même jour je lis tout et son opposé, exemple entre la mort du web classique au profit des Apps et le web mobile qui suplante les Apps…y a de s jour où je suis content de pas être sur Twitter (ce ne fut pas le cas ici), les caciques qui reprennent le dessus sur les pure player (RDC se fait racheter).

Revenons à nos moutons, aujourd’hui, le ticket d’entrée est plus cher qu’avant car sur le web, ça se professionnalise, faut penser à tout (SEO, PPC, Réseaux sociaux, Email marketing, UX, etc). Si ça devient plus dur, je ne pense pas que ce soit Google tout seul, mais à cause de la concurrence. Car même si Google ne faisait pas Panda et Pingouin, vu la concurrence actuelle, ce serait toujours aussi dur car il n’y aura jamais que 10 places (Le gâteau !) (d’accord Google vient aussi mettre son grain de sel en s’incrustant pour dîner), alors filtre ou pas filtre. Au contraire, en mettant des difficultés supplémentaires on filtre les plus faibles :P , donc merci Google !

Alors au lieu de rouspéter contre Google, dites lui merci ! my 2 cents. Bonnes année 2013 !

 

 

 

Comment faire du bon SEO en 2012

Le concours SEO du moment est l’occasion de remettre à plat les choses. Je pense qu’en suivant un peu l’activité du site Virank, vous vous êtes rendu compte que vous n’êtes pas dans le chemin optimal pour la réussite de votre site.

Si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je viens d’écrire, vous pouvez vous rhabiller parce que :

  1. en 2012 le SEO de grand papa ça ne fonctionne plus il faut bosser plus pour avoir le même résultat car le web devient de plus en plus concurrentiel
  2. Google n’arrête pas de nous bassiner avec « content is king » et je vois des webmaster se moquer gentiment parce que ce contourner Google peut encore marche (mais pas pour longtemps)
  3. le SEO ce n’est pas tout, le webmarketing est tout
  4. bref l’époque de l’argent facile est révolue

 

Le ticket d’entrée sur le web est de plus en plus élevé, et les coup d’éclats de moins en moins courant.

Pourquoi Virank fait les choses comme il faut

Virank a beaucoup d’amis sur le web, il peut placer des bannières un peu partout, et ses concurrents ne peuvent faire de même (lien non reproductible).

Virank passe du temps à produire du contenu de qualité,  3 heures de travail pour une séquence de 2  minutes je veux bien le croire.

En résumé Virank invente des idée de contenu originale, à potentiel viral, et a des liens posé par ses amis en plus des liens un peu plus classiques.

Eh bien tout ça nous rapproche de l’inbound marketing. Ce que fait @bertimus, ne sied pas forcément à tout type d’activité cela va de soi, mais l’idée est là, créer du contenu et savoir atteindre son audience via les réseaux sociaux par exemple.

Je prends un autre exemple de QuickSprout, éditeur de KissMetric :

Neil Patel dit que pour promouvoir Kissmetrics, il a dépensé 25000 dollars sur 2 ans, pour créer 47 infographies à 600$ chacun (en fait isl ont dû obtenir un prix de gros car le calcul ne retombe pas pile). Combiné à du blogging, ils ont obtenu des liens entrants , le site a 100 000 visiteurs mensuels, sans faire de demande. Cela peut sembler énorme mais il compare à d’autre méthode payantes. En effet en deux ans ils ont obtenus 40 000 retweet et 20 000 likes, qui acquis en payant aurait coûté selon eux 80 000 $.

Je ne vais pas creuser dans l’analyse des données, et même je ne pense même pas que les retweets achetés et acquis « naturellement » soient comparable en qualité (je ne connais pas la pertinence de sponsored tweet de Twitter).

Quicksprout dépense de l’argent mais de façon plus optimisé en tirant les leviers du SEO, avec en mémoire qu’il faut du contenu de qualité et publié de façon régulière (quelquesoit la qualité !!)

Dans un monde plus concurrentiels, suons plus pour avoir le même résultat

Fini les bon vieux temps que je n’ai d’ailleurs pas connu, maintenant il faut vraiment mouiller sa chemise pour se faire une place.

Je pense qu’il est encore possible de se distinguer aujourd’hui en faisant preuve d’imagination et de méthode dans sa stratégie de génération de contenu.

Y-a-t-il des thématiques où il est impossible de générer du contenu?

Je ne pense pas si vous le pensez c’est que vous êtes limité pas votre imagination. Il est toujours possible d’écrire quelque chose d’intéressant sur toute thématique. Voyez sous l’angle de l’insolite par exemple dans les télécoms, Bouygues et la facture à plusieurs millards d’euros, dans l’immobilier, les chômeurs qui voulaient vendre le Ritz.

Vous voyez même les topics les plus rébarbatives peuvent faire du linkbait sans problème.

Avec l’inbound marketing, vous pouvez communiquer sous plusieurs formes : infographies, podcasts, l’email en collectant des emails sur votre site web.

Les médias sociaux pour promouvoir vos contenu

Ils peuvent servir à ça Twitter et Facebook. Autant le SEO vous permet d’être vu quand c’est l’internaute qui le décide, autant les médias sociaux vous permettent d’aller directement de votre propre chef vers les internautes.

Associez donc un profil à votre site web, qui est la clé de voûte de votre système webmarketing, et passez du temps (rien n’est gratuit) à socialiser avec les autres et trouvez des influenceurs pour propager vos contenus.

La recette efficace et pas trop cher pour réussir un webmarketing

SEO + SMO + Production de contenu de qualité.

Je pense que de plus en plus de gens sont conscients du SEO, et aussi du SMO, par contre le plus dur à faire reste à produire du contenu de qualité. Aujourd’hui faire du bon SEO revient à faire aussi du SMO et du content marketing.

 

 

Comment profiter des vacances pour créer un « content marketing » de qualité ?

Azcrea est le webmaster qui gère : El annuaire et Si tu Cherches , suivez son Twitter : @elannu

Après la lecture de l’article sur le content marketing de Refschool  et suite à son invitation, j’ai rédigé un petit billet qui concerne plus spécifiquement : la création du « content marketing » ou comment « produire du contenu de qualité et utiliser tous les leviers pour le promouvoir ».

Je ne suis pas, en tous cas, je ne tiens pas, à me positionner spécialement en tant que spécialiste SEO, mais comme j’administre, entre autres, El-annuaire depuis plus de 5 ans, j’ai au moins une petite expérience en tant que visiteur de sites internet, et cela pourra peut-être en aider certains.

Pour vous parler de « content marketing », je vais prendre une image.

Alors, imaginez que vous et votre site web, vous partez en vacances! :D

1/ La recherche

La première des choses que vous allez faire c’est : chercher.

Vous allez forcément vous renseigner pour savoir où se trouve le musée le plus intéressant, le meilleur resto, la boite la plus branchée, etc.

Faites exactement la même chose avec votre site web, ne vous contentez pas de remplir quelques pages avec des textes qui contiendront un maximum de mots clés intéressants dans un nombre de caractères minimum, intéressez-vous à ce dont vous allez parler.

Etudiez la thématique et mettez y de la volonté, soyez captivé, attaché, concerné par votre sujet, ne vous arrêtez pas à une source, ne vous arrêtez même pas à internet! Pensez toujours que ce n’est pas le monde qui est dans internet… c’est le monde qui est à l’origine du net, et c’est à vous d’amener le réel dans internet, c’est à vous de l’alimenter.

2/ La communication

Quand on est en voyage, on se fait des amis, on a la parole plus facile, les échanges sont simplifiés, « Et vous venez d’où? », on parle à tout le monde bien plus que chez soi, juste parce qu’on est loin, c’est décontracté et on adore ça.

Et bien votre site web doit être en vacances toute l’année!

Il doit parler à tout le monde ou au moins à tout son monde, les gens qui y arrivent doivent s’y sentir chez eux, il doivent avoir l’impression que vous leur parlez à eux, parce qu’ils sont loin aussi.

Il existe de très nombreuses façons de mettre ça en place, à commencer simplement par lire et répondre aux mails qu’on vous enverra, aucune réponse n’est inutile, même si vous devez refuser quelque chose à quelqu’un, profitez-en pour essayez de l’orienter, ou bien de le renvoyer si c’est possible vers les pages de votre site, dans tous les cas soyez courtois, ça se fait et ça fait toujours plaisir :)

3/ La séduction

Les vacances ce sont aussi des moments de retrouvailles, ou pour d’autres, l’occasion de faire des rencontres, ou La rencontre ^^ on sort le nouveau maillot de bain, on dîne en bord de mer, le feu sur la plage, on se fait belle et beau, on est plein de petites attentions, de bons mots et de bonne humeur.

Evidemment, votre site web doit être exactement dans le même état toute l’année, il doit séduire le visiteur, il doit lui plaire, pour ça il faut lui mettre des images, des photos, des vidéos, des couleurs, des textes propres, sans fautes d’orthographe et de grammaire, il faut lui donner envie de revenir vous voir, et cela avant l’année prochaine.

4/ Le rêve

Alors devant les yachts dans le port, les belles villas en bord de mer, on se met à rêver, on se voit un jour, nous aussi, dans cette belle voiture, dans ce chalet en pleine nature, toute l’année à manger des sardines grillées…

Pour votre site il faut, bien sûr, faire rêver votre visiteur, le classique, mais cela ne suffira pas du tout, il faudrait aussi : faire rêver votre site, ou même: rêver votre site!

Projetez-le, pensez, imaginez, sortez le du petit cadre où vous l’avez rangé, et faite le déborder, ressortir, éclater.

Un exemple pratique : si vous créer un site sur les aspirateurs, pourquoi vous arrêter à la production de 20 pages sur toutes les marques aspirateurs?… Et pourquoi ne pas chercher des trucs et astuces autour des aspirateurs, d’autres produits qui pourraient concerner les aspirateurs? voilà peut-être de nouveaux partenaires insoupçonnés… il doit sûrement y avoir des films, des chansons, des blagues, des livres avec des aspirateurs… On pourrait très bien imaginer un site sur les aspirateurs tendance années sixties ou 80, un site indus, luxueux, sexy, bisounours… soyez un peu inventif. Et si vous n’arrivez vraiment à décrocher du moteur pour penser à l’utilisateur, alors pensez au moins à nous, les annuairistes, qui regardons vos sites toute l’année :)

Bref, il existe certainement de très nombreux moyens pour rendre votre site beaucoup plus attrayant, original, utile, en y rajoutant juste un tout petit peu de {|votre} rêve dedans.

5 / Le partage

Pour finir, en vacances et ailleurs, tout au long de la vie, on n’obtient rien sans le partage et le don de soi, pour être heureux, il faut donner avant de recevoir.

Pour votre site c’est la même chose, si vous fabriquez un site avec l’espoir d’en tirer de l’argent, vous avez 100% de chances de vous planter.

Vous devez partir avec l’idée que vous allez apporter quelque chose, ne serait-ce, au pire, qu’à votre annonceur, et c’est parce que ce site enrichira quelqu’un, qu’il vous enrichira vous, et jamais le contraire.

Valorisez votre travail, diffusez votre contenu, et venez aux devant des autres administrateurs de sites avec qui vous pourriez collaborer, soyez réceptif, privilégiez la coopération et l’échange.

Pour conclure je dirais que pour faire du « content marketing » de qualité, c’est comme pour tout le reste, il faut s’amuser, il n’y a rien d’autre qui tienne la route ;)

Alors le côté estival? sympa non? :D

Content marketing, Inbound marketing, reprenez le dessus sur Google !

Cela fait un bail que je n’ai pas posté, et pour cause plusieurs projets d’envergure ont accaparé mes ressources. Ok rentrons dans le vif du sujet : le netlinking de grand papa (soumission annuaires, CP etc) c’est décidément pas assez pour assurer votre avenir avec Google.  Certains diront  que si. soumettre sur des sites de CP labellisés SEO, ça marche , mes pages montent voire grimpent , puis stagnent, suivant les requêtes vous serez numéro 1 ou 3 ou 11.

Constat : commentaires, annuaires, CP, digg-like c’est nécessaire mais pas suffisant

Pourquoi le linking facile ne sera pas suffisant (oui écrire un CP de 300 mots cela reste du domaine du facile désolé)?Je constate que d’années en années je découvre une floppée de nouveaux Seos très capables, donc la concurrence devient plus forte.

De plus Google va mettre la barre un peu plus haut, màj en vue pour sites suroptimisés (et privilégier les marques une fois de plus, ou encore les contenus de qualité non optimisés). Quid du comment spamming, de plus en plus de gens utilisent Scrapebox, si bien qu’on se retrouve avec les mêmes plans foireux (blog post avec 500 commentaires hum). Des sites de CP pénalisés, tout comme certains annuaires.

Moi ce que je veux c’est le lien d’un blog de référence avec un bon trustrank et intext de préférence. Bizarrement c’est le plus difficile à obtenir, donc c’est logique que c’est ce type de lien qui est le plus qualitatif aux yeux de Google.

Qu’est ce qu’il vous manque pour avoir ce lien que la concurrence ne pourra avoir?

Content marketing : Du contenu de qualité à marketer

Tout d’abord ne pas confondre « article marketing » et « content marketing », le premier consiste à reproduire le même texte sur plusieurs plateformes de publication d’article.

Le content marketing, c’est produire du contenu de qualité et utiliser tous les leviers pour promouvoir votre contenu et au passage votre site, qui aura un bon branding.

En retour vous devriez recevoir des liens et des leads, c’est ce qu’on appelle l’inbound marketing, ça vient tout seul sur votre site ! (non sans avoir fait un véritable travail de marketeur).

L’inbound marketing, c’est le nouveau paradigme du webmarketing. Evangélisé récemment par Seomoz et sa clique. C’est quoi ? en fait rien de nouveau juste un recyclage d’une notion qui vous sera plus familière sous le nom de « content is king ».(En marketing quand on arrive à une fin de cycle, on réinvente la roue sous un autre nom). L’inbound marketing c’est le nouveau white hat.

Le contenu redevient roi, parce que c’est ce qui coûte le plus cher à produire. Manque de temps de moyens financiers, d’idées aussi? Non je pense que les idées ne doivent pas manquer, on peut produire du super contenu quelque soient les niches, même les plus ennuyeuses. Dans l’industriel? faites une infographie avec des données. Dans le juridique? essayez les anecdotes insolites.

Etre plus pro actif pour acquérir des liens de qualité.

Il nous faudra faire beaucoup plus d’efforts pour être dans une logique de linkbait comme le fait régulièrement Seomix.

  • Etablir des relations, avec ses pairs, mais ceci n’est pas évident, car si vous avez un référencement de site de chaussure, venir spammer un blog seo semblera pas très naturel et laissera des traces pour vos concurrents, qui peuvent à loisir reproduire vos liens. N’êtes vous jamais tombé sur un site ayant un lien vers un de vos concurrents? et de vous dire que c’est peut-être son pote tout simplement?
  • Augmenter son expertise dans son domaine et pouvoir proposer du contenu vraiment remarquable
  • être doué pour l’infographie pour proposer des infographies qu’on a envie de partager et pas les daubes qu’on voit trop souvent
  • le must : être cité dans un média mainstream et obtenir le Graal du netlinking.
  • sachez adopter un angle éditorial pour vous démarquer des 500 autre blogs similaires

SEO, devenez marketeur !

Nous Seos avons besoin d’une màj aussi, pour suivre l’évolution du mode de classement de Google entre autre, car il n’y a pas que Google il y a aussi Twitter, Facebook, Linkedin, Pinterest (il y aura bien un réseau qui vous plaira), le bouche à oreille etc. Embrassez le SEM, l’email marketing. Mais d’abord commencez par ouvrir un blog sur le Seo si vous êtes un référenceur. Comme je le disais à Loran qui a été dans notre formation dans le forum privé, twitter c’est bien mais le contenu ne vous appartient pas, maintenant il possède son propre blog : Un Peu de Seo.

Plus que jamais il est urgent de diversifier ses modes de promotions. Faire du content marketing, c’est générer du contenu, les promouvoir et établir une relation avec les autres webmasters. Ceci semblera inhabituel pour les pures techniciens, mais quand on a épuisé toutes les méthodes faciles il faut passer à l’étape suivante qui se rapproche plus du marketing traditionnel.

Voici une liste d’actions possibles cela dépendra du temps que vous pouvez allouer:

  • guest blogging
  • article marketing
  • se constituer une liste de followers sur Facebook, ou Twitter voire Linkedin et voire Google+.
  • Bâtir sa présence sur les lieux de discussion
  • profiter du levier email marketing
  • linkbaiting : oui je pense que cela fait partie du content marketing aussi
  • networker en réel !

 

En faisant ces actions on génère de la visibilité pure, de la visibilité Seo et de la visibilité sur les réseaux sociaux.

Ce point de vue vous correspond-il?

Comment estimer le nombre de visites d’une page web

La méthode que je vous présente n’est pas toujours possible, mais elle est très simple et fonctionne quelque soit le site web pourvu qu’il soit plaqué d’Adsense.

Créez une campagne Display dans votre compte Adwords, rédigez une annonce, affectez un budget, suffisant pour que votre pub puisse fonctionner une journée. Ensuite choisissez un emplacement géré, et entre l’url de la page où vous voulez que votre annonce apparaisse.

A la fin de la journée, vous aurez le nombre d’impressions de votre publicité. Les chiffres seront d’autant plus précis que 1)votre budget soit suffisant 2)que vous ayez suffisamment enchéri pour être vue sans défilement des publicités et 3)que votre annonce soit sur une page profonde du site (pas la home par exemple).

 

Notez que ce sont des impressions et pas des visiteurs uniques, les chiffres de ce dernier sont forcément inférieur. Mais disons que cette méthode est plus précise qu’Alexa et tous les pseudo estimateur de trafic à partir de nombre de liens entrant.

Ca sert à quoi?

Ben si vous voulez acheter un MFA, mieux vaut avoir des chiffres solides. Vous pouvez également tester la lucrativité d’une niche de façon précise de cette façon (trafic réel, puissance seo d’une site en particulier). L’inconvénient est que cela vous coûte de l’argent.

Séisme, Tsunami au Japon et linkbait

Décidément sur le web ces derniers l’attention est focalisée sur le Japon on sait l’ampleur de la tragédie qui s’y déroule, on pourrait croire à la fin du monde. L’attention sur Twitter ces deux derniers jours était portée sur une page web d’un site de news australien ABC News, qui a fait un montage de photos aériennes, avant et après le passage du tsunami. C’est impressionnant ! Cette page a été relayées sur toute la twittosphère mais pas seulement j’imagine et les images ont fait le tour de la planète en quelques heures. Cette page a gagné 12 000 liens unidirectionnels en l’espace de deux jours ! J’aurais préféré que la page parle d’autres choses mais c’est un fait, ce fut un sacré linkbait !

Retour sur le Seocampus 2011

Je ne vais pas vous faire un compte rendu de cet événement il y en a d’excellents sur des sites cités en fin d’article.

Je voulais juste vous donner mon impression de l’édition de cette année, car comme vous le savez sans doute, certaines personnes ne voient pas l’intérêt de l’existence de cette association.

A chaque nouvelle édition je peux vous dire que le Seocampus devient de plus en plus intéressant, et donc l’action de l’association.

Voici ce que j’en ai retiré de cette édition à titre personnellement que je vais vous faire partager:

-arrêter d’être défaitiste quand aux perspectives de business sur le web, on est en France encore qu’au début = plein d’opportunité (à condition d’être conscient qu’on peut gagner de l’argent sans rien faire).

-J’ai rencontré pleins de référenceurs que je ne connaissais que de visu par le passé et avec qui j’ai u discuter et faire connaissance aujourd’hui, l’événement est idéal pour le networking, vous ne trouverez pas de clients mais des partenaires, si vous penser trouver des clients je vous invite à réviser les base du networking.

-en vous investissant de façon continue dans le milieu du search, vous développez votre connaissance du milieu, au niveau des pratiques commerciales, de la relation client, tout ce qui est contractuel

-le monde du seo en France n’est pas encore au même stade que celui des US ou de la Grande Bretagne qui sont en avance IMHO. L’anglais est votre meilleur ami.

Les conférences

J’ai été très marqué par la conférence de Dixon Jones de Majestic Seo, une superbe présentation claire sur le linkbuilding façon white hat. Dommage que le slide ne soit pas disponible. Ca change de ce que l’on voit habituellement en France et c’est une philosophie à laquelle j’adhère totalement. Bref une présentation qui amène beaucoup de fraicheur à mon avis.

seocampusEnsuite celle de Philippe Yonnet (la seconde m’a paru très intéressante) mais je n’ai suivi que partiellement cette dernière.

Le Off

C’est sans doute le buzzword de cette édition, en effet après plusieurs années dans le seo, la plupart d’entre nous n’apprend quasiment plus rien dans les conférences, et c’est naturellement dans les couloirs que l’on s’échange les infos les plus intéressantes, introuvable sur le net évidemment. Je fais référence à une conversation avec P.Yonnet sur les optimisations de téléchargement des sites à plusieurs dizaines de millions de pages, où des infos premium ont été échangées,

@dldstyle : je regrette pas d’être venu, ce que je viens d’entendre valait largement le prix du ticket d’entrée.

Bref venir au Seocampus c’est avoir énormément d’occasion de discuter avec de référenceurs expérimentés et d’avoir des retours d’expériences croustillant en seo.

seocampusseocampusseocampusLe off, le off, le off…

Les rencontres

J’ai pu voir en live : @yakamama, @oseox, @GuibFrance, @xavfun, @baxxx, @512Banque « Dr Jekyll », les teams Ranks, Myposeo, (intéressant de parler technique avec eux), et d’autres personnes que je revois. Et faire plus ample connaissance avec @GTDSB et @laseulemarvina (avec lesquelles j’ai échangé sur le biz du search, la taurine, et je ne sais toujours pas qui est Seoblackette).

Que des bons souvenirs de cette édition (à part le trou du cul qui m’a pris en photo et l’a jeté en pâture sur Twitter) .

Maintenant si vous êtes nostalgique sachez que des événements locaux de moindre envergure certes mais tout aussi intéressant se préparent, voir le barcamp de Bordeaux.

CR de Blacklink

CR de S Billard

CR de Oseox

CR de Guib

CR de Sandrine

Les slides (incomplet !)

Les risques et périls du référenceur, comment les contourner

J’avais déjà envie de rédiger ce post et la lecture de ce billet par Lee Odden « Investing in Seo » m’a motivé à le faire.

Ce billet traite de votre relation avec vos clients et des inévitables désagrément qui peuvent se produire pour ne pas les nommer : travail rab gratuit, attente irréaliste malgré un contrat à l’appui, non paiement.

Le pricing de votre prestation

A l’heure actuelle, je pense que pas un référenceur (il faudrait dire webmarketer pour être plus exact) n’a évité les affres des négociations avec un client lorsqu’il s’agit de référencer leur site. Les raisons tiennent à l’immaturité de la profession et du secteur, la quasi totalité des clients n’ayant jamais engagé d’action webmarketing ou manquant de retour voire d’emphase sur ce volet du marketing.

Il en résulte donc un flou des plus artistiques sur les prix des prestations et les retours sur investissement (dans les cas où le client voit cela comme un investissement). Quel est le juste prix pour une prestation  de référencement en règle? Question difficile, car la difficulté tient autant de la concurrence, de l’évolution des algorithmes et des modes, donc aussi des imprévus, que de la fourchette d’estimation par nature large.

La principale difficulté en référencement organique, c’est qu’il faut du temps pour voir des résultats et cela joue contre le référenceur en général.

C’est dangereux de proposer ses services à une entreprise qui ne connait pas le SEO.

C’est encore plus dangereux maintenant que des entreprises on entendu parler de SEO mais ont une fausse idée du SEO, et de ce fait ont des attentes irréalistes. Je viens d’avoir un email d’un client qui croyait que je lui mettait en première page sont site pour des requêtes presque génériques et qui me disait pourquoi son site n’était pas bien référencé :

La prestation ne portait que sur un objectif de trafic, et il n’était nullement mentionné de positionnement de mot clé (le site originel était fait d’images de texte donc aucune chance de se positionner, mais l’ancien webmaster avait réussi son entourloupe et se faire payer). Ne me dites pas que j’aurais dû faire de la pédagogie, j’ai fait du rab gratos et deux déplacements gratos avec explication mais apparemment le message n’était pas passé. Leçon apprise.

La faute à nous peut-être, de délivrer un discours un peu trop glorieux des vertus du SEO. Voici les fausses idées qui reviennent souvent dans les discours des clients (si vous êtes un référenceur professionnel, cela doit vous paraitre familier):

-référencer rapidement un site web

-être premier pour un terme générique

-pourquoi je ne suis pas premier pour un mot clé non stipulé au contrat (pour info je ne fais plus de prestation au mot clé)

-ne signez pas un contrat avec paiement sur objectif de trafic si le site ne fait que 5 pages, ou alors mettez la barre plutôt bas :)

A l’opposé vous pouvez tirer parti aussi de mauvais état de départ du site web :

-souvent il suffit de dédupliquer les titres des pages qui ont le même titre sur tout le site pour exponentiellement booster le trafic

-d’enlever les nofollows pour indexer les pages rebelles

-de remplacer les images par du vrai texte pour voir des visiteurs enfin venir de Google

-ne pas hésiter à vanter les mérites de vos actions quand votre client vous fait la remarque que son site progresse dans les positions de Google ne pas le faire c’est passer une occasion de renforcer votre expertise, pire vous manquez de respect envers vous-même.

Souvent l’état du site web dans lequel vous le trouvez lors de l’audit pour le devis vous préviendra de l’ampleur du travail à réaliser

Solution : Il est important de facturer au juste prix pour VOUS et LE CLIENT. Comment atteindre ce précieux équilibre lorsque vous n’êtes pas en mesure d’imposer vos tarifs parce que vous débutez et que vous manquez de retour sur votre productivité? Une façon facile de faire consiste à vous fixer un prix de référence calé sur votre dernier salaire net.

Si votre dernier salaire est de 2000 euros net, en prenant comme durée de travail 20 jours, grosso modo vous devez facturer 100euros/jour net, à cela vous devez ajouter vos charges, ceci devrait vous ramener à 180 euros par jour. Si vous avez du travail pour le mois plein et que vous êtes suffisamment productif, vous devez pouvoir maintenir votre niveau de vie.

Contenu de votre prestation

S’engager sur des positionnements en particulier la première coûte cher et pas toujours faisable de façon raisonnable, et comme dit plus haut, il y a de fortes chances que vous deviez opter pour un engagement sur le trafic. Mais même sur l’estimation du trafic mensuel il y a des risques. En effet suivant le trafic existant et la concurrence, augmenter de 50% le nombre de visiteurs uniques mensuels peut varier du simple au triple voire plus au niveau travail. Les plus timorés se dirigeront vers un engagement de moyen, personnellement je trouve ce dernier difficilement acceptable si j’étais client, mais c’est mon point de vue.

Comment donc minimiser les risques ? En diversifiant votre prestation, au référencement naturel, s’ajoute le référencement payant (Adwords), l’ergonomie du site, le tunnel de conversion, mise en place d’un email marketing, etc. Même si le référencement naturel est à terme le plus rentable, il ne faut pas négliger les autres relais pour augmenter le ROI (retour sur investissement).

Solution 1: nivelez vos prestations par le bas et n’hésitez pas à facturer de façon réaliste (pas de sous facturation), laissez vous une marge de risque.

Solution 2: proposer des « prestations rapides » de durée d’un mois maxi afin de garder la fraicheur du contrat et facturer rapidement : inscription annuaires, construction de liens faciles et peu coûteux pour vous (mais bon pour le référencement).

Ne vendez que ce que vous pouvez vendre à votre client, il ne serait pas sain de proposer un email marketing si ce dernier n’est pas prêt à en mesurer les bénéfices (et à estimer la validité de l’investissement). Voir plus bas l’expérience avec un client sur les prestations autre que référencement.

Le Netlinking

Ah le netlinking (ou linkbuilding), c’est le nerf de la guerre avec la génération de contenu, bref si vous suivez les black hats, vous aurez compris que c’est incontournable, et pourtant le nombre de webmasters qui triturent leurs sites de long en large, en espérant gagner des positions…alors que leur attention devrait être focalisée vers le linkbuilding.

Le plus de liens que vous aurez, une meilleure position vous aurez. C’est bête et méchant, mais c’est la mise en oeuvre qui pose problème. Seulement voilà comment acquérir des liens ? Si vous avez en face de vous un site qui n’a rien de remarquable, vous aurez les plus grandes difficultés à acquérir des liens. Au contraire un site remarquable aura beaucoup moins de mal à en avoir. Il suffit de vous mettre à la place du webmaster à qui vous demandez un lien, et de vous demander si vous avez envie de faire un lien vers son site.

Donc en toute logique, pour vous faciliter le travail de netlinking, il faut d’abord travailler le site web et l’améliorer. Le second avantage pour vous est que vous pouvez étendre votre prestation. Mais attendez vous à essuyer un refus car il est encore plus difficile de demander une rallonge pour quelque chose de si abstrait,car selon Eric Ward le linkbuilding est quelquechose de très complexe :

The reality is that link building is complex, but much less complex than most people think it is, because they are approaching it under false assumptions.

(Eric Ward a fait la promotion d’Amazon alors qu’elle n’était encore qu’une start-up).

Ce n’est pas l’objet de ce billet d’explorer les prestations de netlinking, mais rapidement ce sont des prestations chères si elles sont faites dans les règles de l’art. Et actuellement ce n’est pas quelque chose à proposer (du moins dans un premier contrat).

Si on vous demande de faire un travail de linkbuilding de qualité, sachez que ce n’est pas en centaines d’euros que cela se chiffre mais en milliers ou dizaine de milliers d’euros Et quant à savoir si c’est intéressant ou possible, évaluer la linkabilité du site, et regardez la concurrence.

Solution : si vous ne parvenez pas à un accord sur le montant de l’opération, déclinez. C’est la partie la plus ardue pour un référenceur!

La facturation

Aspect le plus important de tout (c’est ça qui va conditionner vos repas), la facturation. Personnellement je facture quasiment toujours un premier versement avant tout commencement de travail suite à la signature du contrat. en général de 30% pour de petits contrats et 20% pour les plus grands, cela permet de rentrer un peu de cash et de ne pas bosser gratos surtout. Ensuite les paiement suivants sont assujetti à un objectif atteint ou un travail effectué (souvenez vous pas d’objectif de positionnement). Arrangez vous pour que la facturation reflète le plus possible le travail effectué (vous y arriverez avec un peu d’expérience) afin qu’aucune partie ne se sente lésée. Saucissonnez au maximum sans atteindre un paiement toutes les semaines !

Face à l’angoisse du dernier paiement, je répondrais que c’est un faux problème, car à moins d’avoir mis des oeillères, à ce stade vous aurez suffisamment connaissance de la situation pour évaluer les risques.

Leçon apprise de Seth Godin « The Dip »

Que faire quand rien ne va? Hélas c’est une réalité, tous les clients ne se valent pas, et une minorité va vous rendre la vie difficile. Lorsque vous rencontrez de mauvais payeurs, inutile de vous torturer davantage, si les sommes ne sont pas conséquentes, je vous recommande de couper les cordons rapidement, un cancer diagnostiqué tôt a plus de chance d’être éliminé. Et ensuite passer à autre chose. C’est la principale leçon que j’ai apprise du livre de Seth Godin « The Dip », le livre traite de ce moment critique face à une grande difficulté dans la vie d’un entrepreneur, savoir quand il faut s’accrocher et quand il faut larguer tout. En effet il est parfois plus facile de rebondir quand on fait l’impasse sur quelque chose plutôt que de s’entêter à la résoudre.

Mais alors quelle relation d’affaire entretenir avec nos clients?

J’ai un client (une PME) avec qui je travaille actuellement et dont les prestations montent en gamme. Dès le début,  je lui ai fait le speech de ce qu’il faudrait faire (noter le conditionnel) pour dominer sa niche. Cela a néanmoins commencé par une bête prestation d’inscription dans les annuaires, en bidouillant le site j’ai réussi à multiplier par 10 le volume de trafic, reconnaissons quand même qu’au départ le site est plutôt bien conçu et qu’un travail d’inscription dans les annuaires a été fait.

Ensuite tout en gardant en tête l’aspect ROI (retour sur investissement), on a commencé à explorer Adwords, une petite campagne avec deux groupes d’annonces, ayant donné des résultats probants (une campagne gratuite avec un coupon de 75 euros ayant permis de générer une demi douzaine de leads avec deux affaires conclues), le client se sentait en confiance et est reparti sur une campagne un peu plus costaud.

Aujourd’hui je dois lui rendre un devis pour un petit applicatif censé être ce que l’on nomme un … Linkbait. Nous y voilà ! Ce qui se passe actuellement est tel que je lui avais expliqué il y a plus d’un an. Mais nous y sommes et je pense que si l’on continue comme çà cette PME va dominer sa niche car ses concurrents ne sont pas au niveau (de ce que j’ai pu voir).

Tout ceci pour vous dire qu’il ne faut pas espérer décrocher le deal dès le premier contrat mais qu’il faut entretenir un relation de confiance, il faut du temps pour que le client se rende compte des retombées d’une action webmarketing. Bref tout est question de timing, sentir quand le client est mature.

Les principes à retenir pour que votre quotidien se passe au mieux:

  1. Savoir choisir ses clients
  2. Ne pas prendre un client parce que c’est une connaissance qui vous l’a présenté, vous seriez tenté de sous facturer et ainsi de mettre dans une situation inextricable, où seul couper le cordon est l’issue possible
  3. ne pas vendre ses services à ceux qui ont en le plus besoin
  4. taillez vos prestations avec clairement des échéances de facturations afin de ne pas vous mettre en danger
  5. Sachez abandonner le navire si c’est la meilleure solution, cela vous fera gagner du temps même si çà paraît difficile et que cela vous donne un sentiment d’échec (si échec il y avait il sera partagé et non uniquement de votre fait)

Et vous que feriez vous pour éviter ces écueils de référenceurs?

Testez votre site avec des utilisateurs en low cost

C’est ce que vous propose User Testing. Ce site vous met en relation avec des utilisateurs Internet, et pour une somme modique, vous fait un retour d’expérience sur l’utilisabilité de votre site.

C’est un modèle économique qui a le vent en poupe sur Internet. On l’appelle crowdsourcing, c’est à dire que l’on fait appel en sous traitance à Monsieur Tout Le Monde.

Amazon avec Mechanical Turk pour faire des essais sur des produits et laisser des avis, Trada pour la recherche de mots clé et rédaction d’annonce Adwords, DeCaptcher pour passer les captchas, 99Designs pour les logos, etc.

Franchement si je n’ai besoin que d’un panel de 5 utilisateurs voire 10, je ferai appel à mes connaissances amis et voisins. Mais je suis persuadé qu’il reste encore beaucoup de niches à explorer.