Retour d’expérience : une erreur qui nous a coûté 700 euros

Il y a deux semaines je viens d’apprendre à mes dépends que pour faire sérieusement du e-commerce, mieux vaut utiliser les serveurs dédiés à 20€/mois qu’un foutu mutualisé à 5 euros/mois.

Nous avons un site de e-commerce au chiffre d’affaire non négligeable, depuis 3 ans, au CA constant et en accélération pour la fin d’année. La progression est constante sans pour autant faire de SEO après la première année, en fait la qualité de notre service fait que nous recevons régulièrement des backlinks. C’est une des particularités de notre secteur.

Il était hebergé auparavant chez différent hébergeurs, OVH pour ne pas citer (quitté car le dédié plantait à cause d’une mauvaise configuration de mysql jamais pu réglé), puis GANDI (quitté parce que trop cher), puis Mavenhosting (quitté depuis pour défaut de service potable). C’est chez ce dernier que ça a foiré dernièrement. Chez ce dernier hébergeur vous pouvez avoir un hébergement mutualisé avec possibilité de 10 domaines annexes, et de Cpanel tout ça pour 99 €/2 ans, alléchant non? sachez qu’une licence Cpanel coûte au bas mot 20€/mois mais pour du dédié avec nombre quasi illimité de domaines.

Historique des 7 jours d’indisponibilité d’un site web

700€ c’est le manque à gagner suite à une indisponibilité de notre site de e-commerce pendant quelques jours, estimé.

je ne sais pas si tout ça est à mettre sur le dos de notre hébergeur low cost mais bon je vous détaille mon expérience afin de vous éviter à le subir un jour.

Notre site fait environ 2500€ en moyenne de chiffre d’affaire. Hébergé sur un mutualisé pas cher, et fonctionnant sous Prestashop.

Dimanche 16/11 :

Un matin je me réveille avec comme page d’accueil du site internet un « Site suspendu » ! Panique déjà dès les premières secondes, je n’arrive plus à accéder au Back office. En fait j’apprendrais plus tard que c’est toute la fraction du serveur qui est suspendu. Comme c’est un dimanche je patiente jusqu’à lundi pour le savoir. Le problème c’est que vous ne recevez aucune alerte pour cette suspension, je trouve ça très limite comme négligence.

J’apprends que c’est un fichier en particulier du logiciel qui cause une surcharge serveur selon l’hébergeur. C’est le fichier cart.php, je pense qu’il a été très sollicité, en effet, après avoir obtenu l’accès limité à mon back office, je vois un panier de 4000 euros (panier créé par un moteur de recherche sans doute), ce qui est peut être la cause de la surcharge du serveur ‘relative’. En effet je pense que c’est loin des standards d’attaques DDOS par déni de service. La solution à ce problème est d’empêcher Google de crawler les liens d’ajout de produit.

lundi 19/11 :

A ce moment je me rends compte qu’il est temps de changer d’hébergement, et que baser un business qui nous fait vivre sur un mutualisé relève du suicide. Bien sûr j’aurais pu négocier pour avoir un sursis mais ce serait retarder l’échéance. Hop après une petite demande sur Twitter @loran750 me conseille d’aller chez Ikoula. Je paye 99 €/2 ans chez Mavenhosting, et un serveur dédié c’est au moins 15 €. Je tente un nano chez Online, sans succès ils sont en rupture. Finalement je me rabats vers Ikoula.

Pourquoi demander des conseils pour trouver un dédié? bien que j’aie un budget qui me permette un 30€/mois, j’avais surtout besoin de retour sur un hébergeur sérieux. Le prix ne fait pas tout, pour cette gamme de prix, on en trouve chez OVH, Online, etc, comme ces dernier étaient en rupture, et que je voulais aussi diversifier mes serveurs (j’en ai déjà deux chez Online), en effet il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, l’expérience présente chez Mavenhosting le prouve, je me devais de diversifier mes hébergeurs.

Il ne faut pas avoir peur de tester, et de toute façon comme je recherche un dédié (un vrai pas un VPS), cela veux dire que je dois choisir une distribution en l’occurence Debian qui est reconnu pour sa grande stabilité (Ubuntu est bien mais si vous voulez un serveur web c’est Debian qu’il faut), et me débrouiller pour installer un panel pour administrer mes serveurs virtuels. D’ailleurs quand vous avez une certaine connaissance des dédiés, il devient facile d’administrer ses serveurs quelquesoit l’hébergeur, car vous avez toujours la même configuration logiciel c’est l’avantage des serveurs dédiés. Que je sois chez Online ou Ikoula il n’y a quasiment pas de différence.

Seconde partie l’installation du serveur dédié et paramétrage des DNS

L’installation a été facile et rapide car je l’avais déjà fait, le serveur a en outre été livré assez rapidement en une demi journée (quoique j’aurais aimé que ce fût immédiat). Ensuite rediriger les DNS ou le A Record vers le nouveau dédié. Dans mon cas j’ai fait diriger les DNS vers ceux du registrar et donc dans ce cas pour pointer le nom de domaine vers le serveur dédié, il faut utiliser le A Record. Classiquement dans ce genre de situation, les DNS mette 24 à 48h pour se propager dans tout le globe terrestre. Ca tout le monde vous le dit, votre hébergeur, les blogs, les hotlines,sauf que dans la pratique on a souvent plus que ça, mais pourquoi donc? Il est possible de raccourcir ce délai en jouant sur le TTL du DNS, (Time To Live) en gros c’est le temps entre deux rafraichissement du serveur DNS, merci à Darklg pour cette astuce.

Si vous googlez un peu vous trouverez beaucoup de questions sur le pourquoi de la lenteur  de déploiement des nouveau DNS.

Un DNS sert à traduire une adresse IP d’un serveur web en un nom de domaine. Car à la base tous les ordinateurs connectés sur Internet sont identifiables sans équivoque par une adresse IP. Mais comme les adresses IP sont difficiles à mémoriser par un être humain, on a inventé les noms de domaine. Pour faire correspondre un NDD à une adresse IP on a recours aux serveur DNS.

Il y a de multiples raisons, et souvent les vraies sont les moins évidentes selon moi.

Donc chez les bisounours ils disent que il faut attendre 24 à 72 heures.  Et vous patientez gentiment 3 jours, puis vous vous rendez compte que vous voyez toujours l’ancien site.

Si vous êtes un peu plus aguerri, cela ne prend pas 24 heures. Mais nous verrons comment.

Bref au bout de 3 jours, je perds patience, mais j’ai appris a utiliser un outil assez sympatique, network-tools.com, qui vous permet de voir le chemin pour atteindre le site web visé. Vous savez qu’internet est caractérisé par un maillage de serveurs et de routeurs, qui dirignte votre demande de page web mais vous savez que vous pouvez faire trois fois le tour de la Terre avant d’attendre un serveur situé en France.

Exemple de requête avec network tools :

Entrez simplement un site web ou une adresse IP et vous verrez le cheminement entre les différents serveurs avant d’atteindre le site web voulu.

Vous avez une commande sous windows qui fait la même chose : tracert www.referencementschool.com, ou sous Linux  traceroute referencementschool.com

Donc avec cette commande, je m’aperçois que très vite après avoir changé les DNS, on tombe bien sur le nouveau serveur et non l’ancien. Alors que quand je browse avec Firefox depuis chez moi, je vois toujours l’ancien site !

Il y a  de multiples endroits qui font que vous voyez différemment les chose selon votre adresse IP.

Tout d’abord essayons de voir plus près de nous les raisons, c’est peut être Firefox qui a mis en cache le site web.

Je fait donc un F5 ou CTRL+MAJ+R pour forcer le rafraichissement, rien n’y fait.

Je tente alors un trucs plus avancé, j’efface l’historique de navigation de Firefox et le cache web, là non plus rien n’y fait.

Le système d’exploitation peut cacher (mettre en cache) les DNS et donc garder les informations sur les anciens DNS, ce qui explique que vous voyez toujours l’ancienne version. Sous Windows, pour nettoyer le cache DNS de votre ordinateur il faut faire la commande: ipconfig /flushdns

Sous Linux les commandes équivalentes de flush dns sont expliquées sur cette page.

Eh bien là avec cette commande j’avoue que de temps en temps j’arrive a pointer vers le nouveau serveur, mais ça ne dure pas très longtemps, après un certain temps en dizaines de minutes, on revient vers l’ancien site web !

Sur Twitter on me conseille de rebooter la Freebox, mais je sais que ça ne marche pas j’ai déjà essayé par le passé.

Vendredi 23/11:

après avoir beaucoup lu sur internet sur les proxy de Free qui pouvaient poser des problèmes, en effet vous accédez à internet par l’intermédiaire de proxy web qui garde en cache des sites web afin d’accélérer l’expérience de surf.  Or c’est peut être Free qui est responsable de mes malheurs ! Sans accès au nouveau serveur je ne peux migrer mon site de e-commerce et déjà dans ma tête je comptais les euros qui s’envolaient à cause de l’indisponibilité de notre site !

Or vous n’avez aucune mainmise sur les proxys de Free.

C’est alors qu’il m’est venu une idée, et si je switchais mes serveur DNS de ma connexion internet?

Je suis sur OpenDNS parce que c’était tendance, c’est open et gratuit avec toute la philosophie libertaire qui allait avec, j’allais découvrir dans les minutes qui suivirent que j’allais payer très chère d’adhérer à cette idéologie. OpenDNS possède un outil pour vérifier le cache DNS. Pour économiser des ressources, OpenDNS met en cache les informations qui transitent entre l’Internet et votre ordinateur.

Google  à la rescousse !

Samedi 24/11:

Je décide donc de changer de DNS, et mettre ceux de Google 8.8.8.8 et 8.8.4.4, de beaux numéros IP. Je reviens sur Firefox et (roulement de tambour) miracle j’accède instantanément au nouveau serveur !

Soudain tout s’éclaircissait dans ma tête. C’était donc ce foutu OpenDNS qui gardait en cache les anciens DNS si bien que j’étais toujours dirigé vers l’ancien site ! J’avais donc perdu 4 jours ! maisune dernière difficulté allait m’empêcher de dormir.

Migration de Prestashop

Lorsque je change de serveur, je copie tous les fichiers Prestashop de l’ancien vers le nouveau serveur et je changeait dans le fichier settings.inc.php les informations de connexion à la base de données. Sauf que j’ai beau répéter trois fois la manip qui prennent chacune une bonne heure en raison du nombre de fichiers, impossible d’avoir un site qui tienne, les pages produits sont illisibles et pointent vers le vide.

Je pense que c’est en relation avec la suspension de mon hébergement chez Mavenhosting, il y a eu des fichiers corrompu. Une réinstallation complète ne marchait pas non plus !

Mais heureusement il me restait les fichiers d’avant la précédente migration que je n’avais heureusement pas effacés, et ce fut ceci qui me sauva !

Leçons apprises de cette semaine :

  1. si vous avez un site e-commerce ou non qui vous rapporte une substantielle somme d’argent, alors n’hésitez pas à mettre les moyens. 20€/mois ce n’est finalement rien si vosu faites 2500€/mois de CA non?
  2. Sachez que la propagation mondiale des nouveaux DNS ne prend pas plus de 24 heures dans la majorité des cas, au delà n’attendez pas comme un idiot cherchez une solution !
  3. ne faites pas confiance à votre navigateur, son cache peut vous poser beaucoup d’ennui, dans le cas de Firefox, pensez à vider son cache DNS.
  4. Méfiez vous de OpenDNS, et de son cache DNS, pensez à jouer avecs d’autres valeurs, ceux de Google ou de votre FAI.
  5. Avec votre dédié, mettez en place une solution de sauvegarde de fichiers et de votre base de données.
  6. Apprenez à gérer un dédié si vous commencez à gagner de l’argent sur Internet

Et dans la vraie vie une journée de perdue c’est peut être beaucoup d’argent perdu !

Dernière chose, je m’excuse auprès de personnes m’ayant entendu dire que Mavenhosting était une bonne solution, ça ne l’est pas !

13 réflexions au sujet de « Retour d’expérience : une erreur qui nous a coûté 700 euros »

  1. loran

    bonjour,

    merci pour ce retour d’expérience. Et oui, au départ, on pense -et c’est légitime- qu’un hébergement mutualisé suffit.
    Normal quoi : un site avec un catalogue des images et un panier, on va pas chercher midi à 14 heures, c’est un bête site quoi.

    C’est vrai jusqu’à ce qu’on tombe sur une tuile. Et tu as eu une tuile, suite à un effet de bord qui a condamné de manière automatique ton hébergement.
    [Pendant que j'y pense, c'est pareil pour tous les mutualisés. Pour les dédiés, c'est automatique aussi lorsqu'il y a un truc de grave ... plantage monstre, piratage avec impact sur l'hébergeur, ....].

    En tout cas, tu as eu de la chance de ne pas avoir pris le nano chez Online. C’est une merde, ce n’est pas satisfaisant et en cas d’affluence tu pleures parce qu’il ne soutiens pas l’afflux de connexions.

    Pour ma part, je t’ai donné peut être des conseils mais pour l’appliquer à moi-même, je ne m’écoute pas… J’ai liquidé mes 2 dédiés cet été pour me tourner vers du mutualisé, afin de rationaliser mes sites. Pourquoi pas, c’était ma stratégie. Sauf que revenir sur du mutualisé après avoir vécu dans l’aisance du dédié … cuisante épreuve. Surtout pour du mutualisé chez OVH. J’en peux plus, c’est pas bon du tout.

    Du coup, je vais revenir dans quelques jours sur du bon dédié. Bon, par contre j’embarque tous mes clients que j’avais placé sur mutu : il me faut donc
    - du RAID 1 (soft ou hard, pour la QoS et l’uptime),
    - de la RAM (pour accueillir sans gêne les pics de connexion)
    - un espace de sauvegarde externe au serveur (FTP ou NAS en ligne. Voire un petit dédié pour du failover…)
    - de l’espace disque ? Bof… quand on en a trop, on en profite trop…
    - un bon CPU ? oui, pour satisfaire mon égo :p

    Donc on va aller soit vers Ikoula [plus cher que les autres], soit vers Online [mais ils sont en rupture et sont pas très corrects au SAV], soit vers OVG [soit Kimsufi soit SP 16 en rajoutant des €]

    1. admin Auteur de l’article

      dans mon cas c’est mon kimsufi qui merde et le serveur a encore planté…
      dès que j’aurais le temps je file sur un autre hébergeur.
      Dis donc tu vas te prendre une super config la non?
      Pas mal d’augmenter la RAM pour avoir plus de fluidité en cas de pic de trafic je prends note.

  2. Olivier

    Merci pour cet article.
    Pour info, j’utilise cet hébergeur (http://www.o2switch.fr/) depuis 3 ans pour des sites non e-commerce, mais je vais en installer un en janvier, donc je vais voir ça (j’ai tel « mon » hébergeur pour savoir si Prestashop pouvait bien fonctionner, on dirait que oui, et il certifie le bon fonctionnement d’autres CMS).
    L’avantage est que tout est illimité, et avec Cpanel, bref comme un VPS ou dédié :)
    Et un prix attractif !

    Je vous dirais vers mars 2013, pour un retour.

  3. privategolfkey

    Les gens le minimisent souvent, mais l’hebergement fait partie des choses les plus important pour un site web. En effet, un hébergement mutualisé est bien pour un petit site ou un blog, mais pour une boutique e-commerce, c’est 1 suicide à mon avis.

  4. loup

    Bonjour,
    Je voulais tout simplement vous remercier d’avoir partager votre expérience avec nous cela risque surement d’aider quelqu’un qui tombera dans le même problème
    Je vous souhaite bonne continuation

  5. Jérôme@One Clic

    Intéressant ce retour d’expérience. Depuis le début je fais super attention aux serveurs, pas seulement pour les problèmes de plantages mais aussi pour des questions de performances. Chez les hébergeurs pas chers les temps de réponse and co ne sont pas forcément bons….Il existe des outils pour surveiller la disponibilité de ton serveur, il interroge plusieurs fois par jour ton serveur et t’envoie des mails d’alerte quand tu as des erreurs.

  6. Baptiste

    Alors 700€, autant dire que ce n’est pas grand chose ! Pour une infrastructure sérieuse, adaptée à un site qui rapporte, voici ce que je recommande :
    - un dédié à 20-30€ minimum, je ne travaille qu’avec Online (ex-dédibox) pour ma part, et prendre un autre dédié à côté (possiblement moins cher)
    - utiliser une IP-failover qui permettra de switcher sur un autre serveur très rapidement en cas de crash (d’où le deuxième serveur)

    Bien sur, il y a toutes les manipulations d’installation, configuration, mises à jour, etc. à faire. C’est un travail à part entière (mais pas à plein temps).

    Aussi, pour la migration de DNS, utiliser ce site : http://just-dnslookup.com/

  7. Dawn

    Merci d’avoir partager votre expérience avec nous, c’est très intéressant. et ça évitera à moi ou une autre personne de se faire avoir !

    bonne continuation

  8. The Life List

    Alors la, je dois dire que tu soulève un sujet qui m’a déjà torturé l’esprit l’année dernière. En effet, j’ai eu le meme type de coupure que toi, mais je n’ai pas effectué le changement d’hebergeur. Aujourd’hui, je me demande encore si je dois le faire ou non, ma crainte principale concerne la perte potentielle de mon référencement naturel !

  9. loi duflot

    aujourd’hui trouver un hébergeur fiable c’est une vraie galère et on ne peut se fier à personne.Même quand tu payes un certain prix, tu n’es jamais sûr que le service va suivre.
    De plus il faut savoir qu’il y a beaucoup d’hébergeur qui ne sont que des revendeurs de plans pour de plus gros hébergeurs (genre ovh)

  10. loi duflot

    je regarde en ce moment les hébergeurs , c’est comme ça que je suis tombé sur ton article vraiment intéressant. J’avais regardé maven car bq de gens en disaient du bien mais à priori ce n’est pas le cas…le problème c’est qu’il y a très peu d’hébergeur français fiable.(sauf à mettre un prix de malade)

  11. didierbabayou@rstconseil

    Merci pour ce retour d’expérience particulièrement intéressant. La donnée à prendre particulièrement en compte est la diversification des hébergements…votre malheureuse expérience en est la preuve.

    Bonne continuation pour la suite et je n’hésiterai pas à me rendre à nouveau sur votre blog.

Les commentaires sont fermés.