Le scraping des SERP Google n’est pas un métier si facile

Vendredi dernier j’ai reçu un message de Monitorank annonçant un changement dans le scraping des serps de GG, et tout de suite je me suis souvenu de la difficulté d’assurer un service de qualité.

C’est quoi le scraping web?

Cela parait magique au premier abord, on voit une page de résultats de Google, et il est possible d’avoir informatiquement ces données afin de les exploiter à l’envie, le scraping c’est ce qui vous permet d’avoir la position de votre site web dans les serps de Google sans avoir besoin d’ouvrir  un navigateur web, et de checker à la main un par un les mots clé sur lesquels se positionnent votre site web. Vous venez de gagner une heure sur une trentaine de mot clé…

Comment se fait le scraping des serps de Google?

Techniquement, on utilise une méthode informatique qui s’appelle les expressions régulières, qui permettent d’extraire les lignes de textes qui satisfont une condition, dans le cas des serps, les 10 résultats d’une page sont eglobée dans des tag HTML spécifique. Les expressions régulières vont reconnaitre ces tag HTML et vont les stocker dans une variable. On puet utiliser n’importe quel langage de programmation, mais souvent c’est n langage Python que cela se fait pour des raison de performance, ou en PHP si les performances ne sont pas exigeantes.

Les problèmes qui peuvent survenir

Il suffit d’une toute modification de la présentation (dans mon cas un caractère entrée supplémentaire) pour que le scraping ne marche pas, ou que Google restreigne un peu plus l’acès à ses résultats, pour que le système se grippe, plus de scrape, plus de résultat

Les autres aspects techniques à considérer

Les temps de pause

N’imaginez pas que Google va vous laisser gentiment scraper ses résultats, c’est son capital le plus précieux. Le code HTML peu évoluer pour X raison, mais surtout vous ne pouvez pas requêter trop intensément ses résultats sous peine d’être banni (par votre IP) temporairement, le fameux message Bad Request Erreur 400, c’est celui qu’on voit quand on scrape un peu trop.

D’où l’idée de mettre une temporisation pour ne pas se faire reconnaitre comme un programme informatique, mais simuler qu’on est une personne.

Les proxys

Seulement quand on a des centaines de milliers de mots clé à scraper par jour, il faut passer par des milliers d’IP différentes. Comment en avoir? passer par des Botnet :P? Il y a des revendeurs de proxys un peu partout sur le web, comme Hidemyass. Ces proxys ont un coût, et quand vous avez des milliers de proxys, ça se chiffre en milliers d’euros/mois.

De plus il faut distinguer les proxys dédiés des proxys partagés, ces derniers étant de moins bonne qualité, j’ai eu par le passé des proxys partagés car pas cher, mais au bout d’un moment les IP étaient blacklistée.

Les user agents

Il faut simuler un navigateur en règle (Firefox ou Google Chrome). Par exemple pour Firefox le user agent est : Mozilla/5.0 (Android 4.4; Mobile; rv:41.0) Gecko/41.0 Firefox/41.0, celui de Google Chrome version 41 ( ça date je sais) est : Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/41.0.2228.0 Safari/537.36.

La géolocalisation

Depuis bien longtemps, les serps de Google ne sont pas identiques selon l’endroit où l’on fait la requête, c’est surtout vrai les requêtes géolocalisées. Donc importance de la localisation de l’adresse IP !

Autre facteurs relatif à l’humain

Je ne l’ai pas vérifié, mais pourquoi pas : pas de requêtes en grand nombre à 3 heures du matin?

Les moyens humains

Comme c’est très technique, il va de soi qu’il faut être informaticien à la base pour pouvoir développer une telle plateforme, et avec de multiples compétences : langage de programmation, connaissance de serveur, web, SEO, marketing. J’en oublie, mais même si une seule personne est capable de faire ça, l’entreprise ne va pas aller loin, c’est surtout un travail d’équipe. C’est la raison pour laquelle GammaSeotools n’est pas allé plus loin que la phase prototype. Aujourd’hui je l’utilise à des fins personnelles, peu de scraping, c’est une toute autre histoire s’il fallait assurer un service pour des centaines de clients.

Outre les techniciens, il faut promouvoir l’outil et c’est les marketeurs qui doivent s’en charger. Difficile de faire le grand écart, et chacun doit faire ce qu’il sait le mieux. Cela implique un budget conséquent, et avant même d’avoir gagné suffisamment d’argent.

La proposition de valeur

Un tool comme Monitorank n’est pas le seul sur le marché, il y a Ranks.fr, Myposeo (bof), ça rien que pour la France, qui font la même chose. On m’a conseillé Monitorank pour la réactivité du support, moi j’ai vu surtout le prix, ils sont vraiment imbattable, ils proposent des prix que moi j’estime être convenable. Maintenant que vous avez vu les tenants et aboutissants du scraping des serps de Google, je pense que vous vous rendez compte du coût et de la difficulté de proposer des positions de mot clé, et j’espère vous avoir un peu plus éclairé sur ce métier un peu à part.

0 comments

Le manifeste des annuairistes

Annuaire

Bonjour tout le monde ! on est en 2017 !

Je me réveille avec la gueule de bois, en effet je sors de quasiment 4-5 ans sans vraiment faire de SEO hardcore, j’ai laissé mes sites rouiller, résultat, du trafic qui se perd, des fois parce que la concurrence est devenue forte, des fois à cause d’action idiote (ou non action idiote).

Mais aujourd’hui, je reprend du service !

Je fonce donc sur la première source de lien white hat facile, les annuaires. Je me loggue dans le BO de Gammaseotools, une liste publique est visible ici, et là je déchante car une bonne moitié voire plus des annuaires sont dead!

Beaucoup de vos liens entrants se sont vaporisés

Ils sont morts parce que :

  1. certains ont trop joué avec les links spammy et sont pénalisés
  2. certains sont laissés à l’abandon
  3. pire : certain ndd sont laissé à l’expiration, et ont été snappés
  4. certains sont redirigés vers un nouveau domaine pour des raison évidentes
  5. certains ne valident plus
  6. certains sont devenus payants et trop cher
  7. certains on perdu leur jus

Raison 2 et 3 : même un super annuaire comme compare-le-net a disparu dans les limbes, Flesko idem.

Raison 6 : Yalwa, Creasite France,..

Même les annuaires historiques peinent à conserver leur qualité d’antan.

Le web est en perpétuel mouvement

Il faut se faire une raison, le web, ça vit et ça meurt. Une bonne partie des liens retour même de qualité disparaissent dans les limbes. Le link building, c’est un labeur continu (il ne se limite pas aux annuaires, mais quand vous n’arrivez pas à faire du link building style link bait ou on linke vers moi car je le  vaux bien,c’est la méthode par défaut sûre).

Ce que je regarde dans un annuaire avant de soumettre

Donc il faut réactualiser constamment sa liste, personnellement voilà ce que je regarde vis à vis d’un annuaire :

  1. Rapidité de validation max un mois
  2. le site ranke toujours
  3. pas trop cher
  4. m’envoit-il des visites qualifiées?

Pour le 4 j’avoue que c’est du travail (il faut se logger dans Google analytics par exemple et regarder les referers).

Proposition d’un manifeste d’annuaire actuel

Par conséquent, dans un monde idéal, j’aimerai que les annuairistes tiennent à jour certaines informations publiques :

  1. Nombres de sites en attente de validation
  2. Affichent une date de validation sur la page d’accueil pour les derniers sites validés pour qu’on puisse juger de la fraicheur
  3. Affichent leur tarif de façon claire
  4. Proposent une offre payante abordable
  5. proposent un système de notation de chaque soumission par les “soumetteurs”
  6. Possèdent un compte Twitter pour qu’on puisse les joindre

Voilà une liste de choses que je pense pas inabordable et qui sera un indicateur de qualité d’un bon annuaire bien entretenu, jene demande pas qu tous les annuaires soient des cadors de trafic, mais qu’ils se “modernisent” un peu pour que les SEO aient plus de visibilité dans leur travail de soumission.

Je pense qu’un annuaire qui possède toutes ces fonctionnalités aura la faveur des référenceurs, surtout pour ceux qui doivent rendre des comptes à leurs clients sur le travail rendu.

 

Et vous que pensez vous de cette idée de manifeste?

0 comments

Mes deux derniers projets des places de marché

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lancé de nouveaux sites.

Ce sont deux places de marché dans les loisirs créatifs, l’une dans le fait main et l’autre dans les fournitures de mercerie.

Deux places de marché pour les loisirs créatifs

Alternative à Alittlemarket et Alittlemercerie

En fait c’est suite à la fermeture de Alittlemarket que j’ai lancé Monde Créatif. Sur ce site on prélève une commission de 8% tout compris. J’ai eu l’impression que beaucoup de vendeuses étaient désemparées face à la fermeture car la plateforme tournait pas mal. Mais suite à son rachat par Etsy, et finalement la plateforme du fait des frais de fonctionnement (20 développeurs à temps plein ! et pas mal de bugs sur la plateforme) on eu raison de la fermeture. Je pense que les frais de salaire ont eu raison de la start up.

Ceci dit Etsy ne va pas très bien non plus mais comme il est très gros, il a une certaine inertie. Etsy semble devenir un sous Ebay, tant il s’est diversifié et son modèle de facturation de publication de produit est similaire à Ebay, il y a des frais fixe sans rapport avec le prix de revente, des frais de transaction, et un pourcentage sur la vente. Ce modèle n’est pas adapté à la petite mercerie, d’où le site Une Mercerie, que j’ai lancé également en même temps. Les commissions sont de 10% tout compris.

Sur les deux sites les moyens de paiement acceptés sont Paypal et Stripe.

Maintenant il faut commencer à faire la promotion et se battre face à des mastodonte (Etsy, et des concurrents locaux). En effet on est une quinzaine de vautours à se lancer !

0 comments

Semrush, l’outil grandit et fait le plein de nouveauté !

semrush

Les nouveautés de Semrush

 

Il y a 5 ans, lorsque j’ai testé pour la première fois Semrush, j’ai été bluffé par les données qu’il détenait. C’était comme une radiographie X des serps de Google. Vous entriez un nom de domaine, et vous aviez les mots clé sur lesquels il rankait, vous rentriez un mot clé et vous aviez les noms de domaine rankant sur ce mot clé. Vous pouviez avoir les mots clé commun aux sites, donnant de suite les sites web qui luttaient pour leurs positions dans les résultats de recherche.

Pour les SEO, Semrush vous abattait le travail d’une journée en une demi heure, tout en offrant plus de renseignement.

Les backlinks, seconde fonctionnalité importante de Semrush

Aujourd’hui, Semrush s’enrichit de nouvelle fonctionnalité, qu’on pourrait regrouper comme suit : outils d’audit de page, outil de backlink, outil de réseau sociaux.

Pour ce qui est des backlinks, la deuxième fonction la plus utile d’après moi, il entre en confrontation avec Ahrefs et MajesticSEO.

Personnellement, je préfère Ahrefs à MajecticSEO, je n’ai pas testé encore à fond les backlinks mais je pense que Ahrefs reste encore en tête.

Audit de page de Semrush

On parle d’audit on page, je vais tester sous peu cette fonctionnalité, elle me parait intéressante, car on peut facilement passer à côté de l’analyse on-page, par exemple oubli de tag H1, ça m’arrive régulièrement. Mais cet outil va vous permettre de faire plus que de simplement vérifier le formatage de votre page.

Outils média sociaux

Avec Facebook qui gagne de l’argent , faire de la pub sur les médias sociaux ou engager le dialogue avec ses followers est de plus en plus à considérer. Personnellement je pense que faire de la publicité sur Facebook est l’action la plus tentante après Adwords.

Prochainement je vais tester toutes ces nouvelles fonctionnalités et vous faire un rapport sur mon ressenti.

D’ici là, vous pouvez vous inscrire pour télécharger le petit livre blanc sur l’intérêt de la recherche de mots clé pour le SEO.

 

Refschool

0 comments

Woocommerce,vous n’avez pas envie d’installer mais pourtant

Woocommerce est un plugin pour WordPress qui transforme ce dernier en un site de e-commerce.

Vu les avis sur WordPress lui même, vous n’avez pas envie d’installer WooCommerce, c’est un plugin WordPress bordel ! ça fait deux raisons de pas l’installer,et pourtant. Si vous êtes quelqu’un qui n’a pas le temps d’installer un Prestashop et encore moins un Magento, je parie que WooCommerce est une solution (du moins temporaire) qui vaut la peine.

10 minutes pour installer WordPress + WooCommerce chrono !

Ceci est surtout pour mois un mémo pour installer WooCommerce,car je vais être amené à en installer beaucoup. Je suppose que vous avez installé WordPress et WooCommerce (ça prend cinq minutes). La suite de ce post est pour customiser Woocommerce, car oui les ennuis commencent quand on veut personnaliser un peu. Il faut installer un thème et un plugin Woocommerce pour éditer les factures.

Installer un thème gratuit pour WooCommerce

Je vous conseille Storefront parce que c’est gratuit et pas trop dégueulasse (quitte à le customiser avec bannière de votre choix et quelques couleurs)

 

Installer le plugin édition de facture pour WooCommerce

Le plugin est Woocommerce PDF Invoice (le problème étant avec ce plugin que le prix est écrit dans un gros rectangle noir, ce qui fait cher à imprimer), Sinon un autre à essayer : Ultimate PDF Invoice.

Installer WooCommerce PayPal Express Checkout Payment Gateway

Ce plugin est codé par Auttomatic, ce qui est un gage de confiance.

 

Installer un système de paiement Systempay par exemple

C’est Woocommerce Systempay Payment. Il faiut par contre télécharger sur le site de l’éditeur de la solution de paiement et non sur la marketplace de WordPress.

 

Mettre la page boutique (shop) en tant que Homepage

Par défaut la page de la boutique est une sous page de WordPress, ce qui est plutôt gênant, nous allons paramétrer pour que la page shop soit page principale. Pour ce faire aller dans Réglage > Lecture et mettre la page d’accueil à “shop”

Voilà en gros ce qui est nécessaire au sens strict minimum, il faudra ensuite paramétrer les frais de port. Ne pas oublier de mettre un plugin analytics, voire XmlSitemaps. Bonnes vents !

0 comments

Que devient Refschool?

bonjour à tous !

ça fait un sacré bail que je n’ai pas donné de nouvelle. Un petit billet pour vous dire ce que je suis devenu aujourd’hui.

Je ne fais officiellement plus de SEO, ça veut dire que j’ai arrêté mon activité de référenceur en que que AE. Il y a un an et demi, je me suis orienté vers la programmation, plus exactement la programmation de site web, je suis webdev front end salarié dans une entreprise.

C’est une activité que je considère plus lucrative et dans laquelle je m’épanouis beaucoup plus.

N’arrivant pas à vivre de mon activité SEO et après avoir pas mal vadrouillé, j’ai enfin trouvé ma voie. Lorsque j’étais SEO je programmais déjà pas mal en PHP avec le stack LAMP (Linux, Mysql, Apache, PHP). Ces technos sont très utilisées dans tous les sites web mainstream. Mais ce n’est pas la seule technologie, il y en a bien d’autres (dot NET, Django, et surtout Javascript).

ces dernières années le javascript a explosé et a consolidé sa place de techno incontournable pour le futur du web. Angular doit sans doute vous dire quelque chose ainsi que NodeJS. Ok je ne vais plus vous embêter avec ces nom. Sachez que ces six derniers mois, j’ai appris énormément, car je bosse dans une équipe de dév utilisant le C#, IIS, Angular JS, NodeJS, bref je monte pas mal en compétence en programmation, mais aussi en CSS3 et HTML5, moi qui croyais connaitre ces deux technologies, que vous même en tant que SEO manipulez malgré vous, eh bien j’ai appris beaucoup et je me sens beaucoup mais beaucoup plus confiant dans leur utilisation, il y a deux ans, le responsive design me faisait un peu peur, maintenant plus du tout, et je sais aligner une div comme je veux, je maitrise pas mal UI Kit, un framework CSS prometteur qui ringardise Bootstrap, et que Prestashop va implémenter bientôt.

Mon travail actuel consiste à développer des applications web donc, et bien sûr des réflexes de SEO me reviennent. je pense SEO dès les premières lignes de code !

C’est fou comme les non SEO peuvent passer à travers certains fondamentaux du SEO.

Après six mois, et en regardant dans mon rétroviseur, je me suis aperçu que je codais des site web à la grand papa 🙂 WordPress? oulala, c’est rustique.

Maintenant que j’ai un peu moins la pression, passé ma période d’essai et étant beaucoup plus confident sur mes capacités de programmation javascript, j’ai envie de reprendre le site Gammaseotools. En faisant le ménage, je me suis aperçu que la moitié des annuaires inscrits sont morts, au mieux laissés à l’abandon et ne validant plus, j’ai pu recouper avec @azcrea.

C’est super dommage non?, quand on passe du temps à écrire une p***n de description unique à 300 mots vous trouvez pas?

J’ai donc désactivé ces annuaires, et vais reformater la présentation des annuaire et je vais aussi introduire des critères supplémentaire de classement des annuaires. Et je me suis aperçu que les annuaires les plus résilients sont souvent ceux qui sont là depuis longtemps à quelques exceptions près. Eh oui, certains annuaire a gros pagerank et plein de liens retours, aujourd’hui ne valent pas grand chose, car ils ne valident plus.

 

2 comments

Les annuairistes assurez au moins en 2016

Ceci est un billet coup de gueule :

Pourquoi un coup de gueule? alors que je n’ai pas publié depuis des lustres?

Dernièrement en voulant reprendre le référencement d’un site, je me suis aperçu qu’il y avait beaucoup d’annuaires qui se sont volatilisés. Non pas parce que les mainteneurs ont trépassé mais plutôt leurs sites.

Notre site a perdu du trafic depuis la màj Phantom d’avril 2015, il a été divisé par deux, j’avoue que je n’ai pas fait de seo dessus depuis 3-4 ans (vive le seo !)

Mais là maintenant face à une concurrence de plus en plus difficile, je dois reprendre les chose en main (rafraichissement du site, acquisition de nouveaux backlinks).

Je ne suis pas un netlinker de ouf, je ne fais pas de PR stunt, linkbait, et autres trucs super sexy de marketeurs comme ils vous le vendent chez les USA, de toute façon si vous n’avez pas un brand solide, ou un esprit de marathonien pour faire des réseaux sociaux ou blogger tous les jours, vous n’allez pas y arriver.

Mais j’ai appris qu’il était possible de bien faire ranker un site même sans faire tous ces trucs jolis et sexy.

Voilà donc me voici reparti à faire des petites soumissions dans les annuaires, je ne veux que des bons annuaires qui rankent et pas des annuaires de merde.

Seulement en exhumant mon site Gammaseotools, et en créant des descriptions à soumettre (c’est un tool que j’ai développé à la base pour suivre les soumissions dans les annuaires) je me suis rendu compte qu’il y avait pas mal d’annuaires qui faisaient une redirection 301 vers un nouveau site que je ne connaissais pas, et là ça pue !

Car ça veut dire que le site a été pénalisé et le webmaster a ouvert un nouveau site et fait une redirection vers un nouveau site. En espérant que ça ranke comme avant, un classique.

Seulement on ne sort pas indemne d’une pénalité Google.

Autre problème : quand ça n’est pas pénalisé ça a simplement disparu ! Du coup je me demande si la baisse de trafic n’est pas un peu dû à ça aussi, en effet un coup d’oeil rapide sur Ahrefs.com, me renseigne sur le nombre de backlinks vers la homepage.

Du coup le nombre d’annuaire semble bien se réduire, je me vois mal faire une description aux petits oignons pour dans quelques années la voir disparaitre (et surtout quand t’as payé pour la description ).

Donc dans un premier temps, je tiens à souligner le très bon travail de fond faits par les annuairistes inoxydables qui se reconnaitront, ce sont toujours les mêmes annuaires qui sont mis en avant par les SEO.

Et je quand au wannabee annuairiste, essaye d’assurer bon sang, si tu te sens pas dans la durée, ne le fais pas ou alors ne laisse pas tomber ton annuaire, on compte sur toi, tu as une responsabilité et un crédibilité à tenir. Au pire revend ton site à quelqu’un de plus sérieux.

Mais toi Refschool t’as laissé tombé un annuaire !

A vrai dire non, en fait le domaine a expiré à l’insu de mon plein gré, OVH me spammant sans cesse, les mails de renouvellement sont malheureusement tombés à la trappe, et comme OVH avec le super service client que l’on connait ne peut me le faire revenir, y a pus qu’à espérer que le domainer le libère.

Mais Refschool t’es pas sérieux de pas surveiller les expirations de tes domaines.

A vrai dire, lire plus haut.

Ok j’ai un peu pas assuré sur ce coup là, mais j’ai eu en travers de la gorge car j’ai perdu 4 domaines…du coup je me barre de chez OVH.

 

 

1 comment

C’est l’histoire d’une boutique e-commerce

Je n’écris pas beaucoup d’articles aujourd’hui, car quand j’estime ne pas avoir quelque chose d’originale à écrire cela n’en vaut pas la peine. Et pour les info SEO il y a des sites plus intéressants que le mien et je ne pense pas ajouter de la valeur (tout est dit aujourd’hui sur le SEO y a qu’à googler). Mais par contre tout n’est pas dit hors SEO, et le peu de retour sur le monde du e-commerce hors aspect SEO m’incite à écrire ce billet qui intéressera avant tout les e-commerçant mais aussi tous les gens qui entreprennent.

Retour d’expérience hors SEO ( la vraie vie quoi)

Aujourd’hui je vais vous conter notre expérience de l’année passée, et cela peut concerner aussi bien les autoentrepreneurs dont l’activité va en croissant et qui sont tentés de passer en SARL par exemple, que les e-commerçants qui désirent élargir leurs horizons, c’est-à-dire grandir. Mon conseil réfléchissez bien avant de sauter le pas. Lisez ce qui suit cela vaut toutes les formations de marketeux qui coûtent un bras.

Le contexte

Vente en ligne via la plateforme Prestashop d’articles de loisirs créatif, en B to B et B to C,  3 ans d’activité en auto entrepreneur depuis 2009.

Comme l’activité croissait pas mal en 2012, on a pensé qu’il était temps de passer à une autre échelle, hors des murs de sa propre maison, grandir en bref. Il y a d’abord le chiffre d’affaire, qui frisait la limite imposée par la micro entreprise dans la vente commerciale, ceci à lui seul justifie de passer en SARL. Ensuite il y a la volonté d’avoir plus d’espace pour stocker plus de choses et avoir plus de choses à vendre et donc accroitre son CA.

Donc vous voyez je ne suis pas un cador on reste petit après 4 ans. Mais on veut quand même sortir de notre petit étang et se frotter aux un peu plus grands. Première étape :  chercher un local hors de sa maison pour être plus grand pour :

successSource : markpescetti.com

Le local

Octobre 2012 : On avait un garage de 15m2, et on avait des marchandises stockées un peu partout dans la maison, cela m’embêtait un peu, c’était un peu galère de retrouver tous les articles, je pensais qu’avoir un local plus grand permettait de rationaliser le stockage, s’ensuit donc la location d’un local de 135 m2 ! (C’est dur de trouver des surfaces plus petites, on avait un 60m2 pour 600 €/mois HT et hors charge, soit 900 € TTC, mais j’ai trouvé que celui d’à côté pour 300 € de plus possédait plus de potentiel). Et bien je peux vous dire que c’est une erreur monumentale de penser que 300 € c’est pas beaucoup, en effet sur un an ça fait 3600 € ! et l’achat d’étagères assez pro (pas vraiment pro car les pro coûtent la peau des fesses) indispensable si on veut bien ranger, chose qu’on avait pas vraiment chez nous.

La location induit ces charges supplémentaires par rapport à notre chez nous :

  • loyer de 1200 euros charges comprises
  • nouvelle ligne téléphonique à 50 €/mois sur Orange
  • Système d’alarme à 50 €/mois
  • électricité supplémentaire 20€/mois
  • 1 poste PC supplémentaire 500 €
  • forfait kilométrique bien que le local soit pas très loin de notre habitation

Et aussi l’obligation de se lever pour aller au travail ! Ensuite il y a eu le passage en SARL qui induit des charges de comptable à environ 270 €/mois TTC, plus les frais changement status, 200-300 € je ne sais plus exactement, dans ces eaux là.

Donc mensuellement on a  1200 + 50 +50 +20 +270 = 1590 € de charge supplémentaire PARCE QU’ON A VOULU GRANDIR…

En bref cela veut dire ponctionner 1600 euros de nos bénéfices pour faire fonctionner les murs. Donc autant d’argent qui devait aller dans notre poche. Imaginez que vous sacrifiez tous les mois une semaine au ski, ou alors un resto 3 étoiles, un weekend à Venise en amoureux, ou sur un an un apport pour acheter un appartement en ville pour le louer et réaliser votre rêve ultime: devenir rentier !

La nouvelle vie

L’installation n’est jamais de tout repos, mais avec la perspective de grandir, on se sent très motivé, aussi bien que les conditions de travail ne furent pas top, zenitude d’un entrepôt par rapport à son doux chez soi, pas de climatisation, pas un problème l’été ou printemps mais une galère en hiver, on se les pèle.

Si les affaires ont pas mal marché au début de l’année 2013, force est de constater que la crise est passée par là, on constate une baisse du CA sur la période glissante, et la constatation de ne pas se verser de salaire depuis l’emménagement dans les locaux ( vous commencez à voir le problème?).

Bref au fil des mois une certaines lassitude s’installe chez mon épouse, qui me fait remarquer que le local était trop grand et qu’on aurait du prendre plus petit (l’idée vient de moi de prendre le grand au lieu du petit).

Premiers signaux d’inquiétude

inquietudeSource : cagou.com

Un beau jour d’automne, je constate qu’on est en négatif sur notre compte pro, on se dépêche de combler le déficit. Mais une inquiétude s’installe en fin chez moi (c’est le cas chez mon épouse depuis longtemps).

Le réveil : la gueule de bois

Au bout d’un an la situation était la suivante (on en en novembre 2013) : l’entrepôt n’est occupé qu’à 1/3 de sa surface, les affaires diminuent crise oblige, on bosse sans climatisation qui n’est présente que dans la partie bureau, printemps et été ça allait mais en hiver on se les gèle alors qu’on était bien au chaud chez nous avant. On s’oblige à venir aux heures d’ouverture (car on avait ouvert un point de vente physique), alors j’aurais quitté un métro boulot dodo pour un autre métro boulot dodo? on est loin du rêve d’être son propre patron chez soi et de bosser quand on veut !

Et puis un beau jour ma femme me réveille : ras le cul de la situation, on courre à notre perte si on continue comme ça, il faut quitter le local et revenir chez nous, car on grillait des centaines d’euros par mois inutilement!  Vers les derniers mois on vivait dans l’angoisse de la prochaine échéance du loyer qui risquait de nous faire tomber dans le rouge (c’est arrivé) donc aggios et tout le tralala.  De plus on bossait dans de mauvaises conditions sans chauffage !

Bref moi qui était un peu dans le déni tant qu’on arrivait à payer les charges, j’ai enfin réalisé les dégâts de ce qu’on a fait. On commençait à bosser pour payer les charges…comme tant d’autre entrepreneurs en France

Bref en une semaine, nous avons décidé de rompre le bail précaire de deux ans au bout d’un an et quelques mois. Pas simple car un bail c’est un engagement, mais dans le monde du business c’est le pragmatisme qui doit prévaloir. Cela a été rendu possible car le proprio a pu trouver rapidement un autre locataire pouvant se permettre de louer un aussi grand local. Sur ce coup on a eu de la chance car un bail vous oblige légalement à le respecter et c’est 3-6-9 ans en général.

S’ensuit deux semaines d’intense déménagement, en se demandant comment tout cela allait rentrer dans notre garage…il faudrait un miracle!

Et le miracle fut !

etageres

Vous vous souvenez des étagères dont j’ai parlé plus tôt? et bien sachez que tout ne fut pas noir dans notre aventure, on a réussi à quasiment tout faire rentrer dans notre garage moyennant un sacré travail quand même, qui a bien perturbé le fonctionnement de notre activité, et une chambre transformée pour l’occasion en entrepôt ! Si on avait su plus tôt que les étagères pouvaient multiplier l’espace de stockage par 3 on aurait peut être pas bougé ! Je vous jure ce que je dis est vrai.

Leçon à retenir :

  • Les étagères métalliques c’est topissime pour ranger, mais achetez seulement les semi pro (chez Bricoman) car facilité de montage/démontage sans visserie, tout est encastré (pas les modèles à vis…)
  • si jamais vous aviez à louer un entrepôt, demandez un bail précaire et la possibilité de sous louer dès la signature du bail, sinon le proprio peut vous faire jouer une majoration de 10% à postériori
  • face à une dépense, si elle vous semble minime mensuellement, multipliez la par 12 et vous verrez si c’est le cas
  • ne pensez pas uniquement au loyer comme charge bien que ce soit le plus gros poste, il y a la connexion internet,le comptable, etc.
  • le cool est l’ennemi du bien, passer en SARL, prendre un local, ça fait toujours de l’effet si on le raconte, mais non, rien de bien concret pour vous, ne le faites pas quand ce n’est pas absolument nécessaire
  • ne déménagez que quand vous êtes à la limite du supportable, je comprends mieux maintenant pourquoi mes bosses successifs, lorsque j’étais encore salarié, étaient réticents à sortir le chéquier, c’est tout simplement un bon réflexe de gestionnaire, qui nous aurait bien sauvé…
  • pour votre loyer ne choisissez pas le prélèvement automatique le chèque est plus sûr pour vous
  • auto entrepreneur c’est bien car régime simplifié, mais j’avoue que passer en SARL nous a appris beaucoup de choses

Aujourd’hui qu’en est-il?

On a retrouvé notre chaleureuse maison, on est toujours en SARL,  récupéré la caution, résilié tous ces services qui nous coûtaient quasiment deux SMICs par mois, maintenant cet argent c’est dans notre poche ! Ou tout du moins, on peut le dépenser pour l’acquisition de nouveaux produits, bref on a maintenant les coudées plus franches, et l’esprit plus serein, bien que la crise soit encore présente. On bosse quand on a envie (non ce n’est pas vrai mais on est beaucoup plus relax) et surtout on bosse au chaud l’hiver !

Souvenez vous ne louez quand quand vraiment cela est nécessaire, car ça coute un bras mine de rien. Dans notre cas on est vacciné, et ne songeons plus à louer, quitte à trouver une maison plus grande ou avec un plus grand garage. Vous perdriez le confort que vous cherchiez quand vous étiez salarié !

 

0 comments

Merci Mavenhosting (billet d’humeur)

Je fais partie des gens qui n’ont pas sauvegardé leur site, normal c’est petits MFA, pas des money sites.J’en avais une trentaine dormantes (je ne sais pourquoi d’ailleurs c’est une perte d’argent), apparemment j’ai plus de site web que de sauvegarde. Et puis ce jour arriva ou Mavenhosting se fait hacker et perd tout.

J’en veux aux personnes qui sont à l’origine de ça, non mais c’est des connards quand même de saboter une entreprise pour la couler, un coup en dessous de la ceinture quoi.

Empathie pour Mavenhosting, tout en espérant que leur traitement des disques durs en salle blanche leur fera recouvrir la mémoire…

hélas j’apprends officiellement via une langue de bois que toutes mes données sont perdus, ce sont quand même des centaines d’heure de travail.

Donc Mavenhosting est à bannir de votre liste de provider. J’ai même pas pu avoir de remboursement (qui en tente rien n’a rien).

Dernier conseil : faites des sauvegardes! (perso heureusement que mes sites importants ne sont PLUS chez eux !), on aurait frôlé le dépôt de bilan

 

Je m’excuse auprès des personnes à qui j’ai recommandé Mavenhosting

0 comments

Détecter qui hotlink vos image et comment en tirer profit

On dit souvent que le hotlinking est comme un poil à gratter, ça nous ennuit, nous bouffe de la bande passante, mais on peut en tirer facilement profit pour driver du trafic vers nos sites.

Détecter le hotlinking

Mais d’abord comment détecter qu’une image est hotlinkée? Deux façon de la savoir, le premier est de balayer les serps de Google Images, et de voir si une de vos image n’est pas hotlinkée, quand vous la survolez, (l’image dont vous êtes sûr d’être à l’origine), le domaine apparait.

Mais ceci est fastidieux, car il n’est vraiment pas évident de trouver, et il faut se fier à al chance.

Une autre méthode plus scientifique est de regarder les log Apache.

Voici comment se présente cette ligne :

92.156.158.106 – – [24/Sep/2013:13:05:33 +0200] “GET /942-1333-large/anse-5156-2-marron.jpg HTTP/1.1” 304 263 “http://lafibrecreative.canalblog.com/archives/2012/05/09/24225174.html” “Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; rv:24.0) Gecko/20100101 Firefox/24.0”

Je reprends cette ligne en soulignant les éléments intéressants :

92.156.158.106 – – [24/Sep/2013:13:05:33 +0200] “GET /942-1333-large/produit-5156-2-marron.jpg HTTP/1.1” 304 263 “http://coupable.canalblog.com/archives/2012/05/09/24225174.html” “Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; rv:24.0) Gecko/20100101 Firefox/24.0”

 

Le second segment de phrase souligné en gras est la page qui demande le média. Normalement, cette page est une page de votre site, mais dans ce cas précis non ! Vous tenez le coupable !

Vengeance

Maintenant que vous avez identifié la page coupable, identifiez l’endroit où se trouve l’image, suivant votre CMS, et si une réécriture est faite via htaccess, vous devez plus ou moins chercher.

Téléchargez l’image et retravaillez la en ajouter l’url de votre site web, simple comme bonjour !

Comment chercher dans les logs Apache ces lignes?

Bonne question ! là c’est la partie technique, la méthode que je vous dis ne marche que pour les hébergement où vous avez accès à vos logs.

Il vous faut maitriser un peu la commande grep qui sert à trouver une chaine de caractère dans un fichier. Un tuto sur grep sur cette page. en un peu plus complet mais en anglais (googlez quoi)

Je ferai un autre article sur les logs Apache, mais en gros voilà ce qu’il faut faire:

  1. chercher les lignes concernant les images téléchargées et les mettre dans un nouveau fichier
  2. à partir de ce fichier, ne garder les lignes qui ne sont pas téléchargées par votre site web et les mettre dans un nouveau fichier
  3. ensuite ne garder les lignes qui ne sont pas téléchargées par les moteur de recherche type google, bing, yandex
  4. maintenant vous devriez avoir un fichier plus petit, au besoin ne pas garder les lignes qui contiennent des information manquantes comme la chaine de caractère “-“
  5. Passez au peigne fin les lignes, et repérez les url des sites web que vous ne connaissez pas c’est tout.

Les commandes :

Une fois que vous connaissez un peu les commandes grep voici pour les différentes étapes ci-dessus les syntaxe je suis pas un cador en regex mais si vous repérez une erreur dites le mois, Je fait la recherche de fichier gif,jpg, et png :

  1. grep -i “(\.gif|\.png|\.jpg) HTTP” fichierlog > fichierlog2 (regex pour détecter plusieurs types d’image)
  2. grep -i -v “www\.monsite\.com” fichierlog2 > fichierlog3
  3. grep -i -v “bing” fichierlog3 > fichierlog4  ( répéter pour les autres moteurs de recherche)
  4. grep -i -v “\”-\”” fichierlog15 > finallog

le caractère \  (backslash) sert à échapper les caractères spéciaux.

Ce que je fais est que j’ajoute l’url de mon site sur l’image je pense que ça marche le mieux. Bonne chasse !

 

0 comments
mautic is open source marketing automation